Seule la conscience passe les mondes | Enseignement de l’Archange Michaël

La sagesse de l’archange Michaël

Qu’est-ce qui est le plus important dans la vie ? Est-ce la vie du corps ou bien ce qui se passe dans l’au-delà, dans la vie après la mort, dans la vie plus grande que le corps et que le monde matériel ?

Je vous dis que la vie ici-bas et la vie dans l’au-delà n’en forment qu’une ; il n’y a pas de réelle séparation ni de différence entre ce que vous connaissez aujourd’hui et ce qui se passera après la mort du corps.

La question est : serez-vous capables d’emporter avec vous ce que vous aurez gagné lors de votre passage sur terre ?

Cette question contient une grande sagesse.

Vous devez chercher une continuité de conscience, car la continuité représente la vie, alors que la cassure, la rupture manifeste réellement la mort.

Il ne doit pas y avoir une vie ici et une vie là-bas, car la vie est unité et continuité. C’est pourquoi vous devez vivre une vie plus grande que la mort afin qu’il y ait une préparation et un enrichissement et non pas une perte et un appauvrissement.

tout est une question de conscience

La conscience est l’organe qui est capable de passer du monde de l’au-delà à celui de l’existence terrestre sans qu’il y ait de perte.

La conscience est un corps qui permet de relier la vie dans le corps à la vie plus grande que le corps.

Éveiller la conscience, vivre avec conscience est une clé, non simplement la conscience du corps, mais également la conscience de l’âme, c’est‑à-dire de la vie au-delà du corps.

Le corps s’impose à la conscience, mais l’âme aussi doit s’imposer à elle et révéler la vie plus grande, subtile, autre.

Ne pensez pas que vous vivrez quelque chose de plus après la mort si vous ne le vivez pas déjà dans cette vie terrestre. La mort apporte, bien sûr, une expansion, une amplification puisque le corps n’enferme plus l’expérience. Mais fondamentalement, vous n’emportez avec vous que ce qui a été animé et vécu par la conscience et qui peut donc monter dans ce nouveau corps qui, à l’image d’un bateau ou d’un avion, vous emportera au-delà des portails de la vie terrestre.

Ne pensez pas que vous gagnerez plus lorsque vous serez libérés du corps ; en vérité, vous n’aurez que ce que vous avez déjà.
N’agissez pas en vous disant que ce que vous faites vous apportera peut-être un enrichissement après la mort, car si cela n’est pas devenu conscient dans votre corps et si vous n’avez pas fait apparaître en vous un corps subtil, un corps de sagesse, de compréhension, de compétence, de maîtrise, cela n’existe pas encore ; c’est un projet, une aspiration, un vœu qui, peut-être, se réalisera, mais pour l’instant, il n’y a rien de concret. Cela ne pourra donc pas être emporté avec vous pour entrer dans la continuité.

Éveillez votre conscience comme un trésor de Lumière, car c’est elle qui vous permet de dialoguer, de faire le lien entre les mondes denses et subtils.

Si vous voulez vivre une chose, rendez-la consciente dans votre vie et conduisez-la jusqu’aux racines de vos pieds, jusqu’à ce que la conscience de ce que vous voulez vivre vous conduise à modifier votre pas, votre marche, à respirer, à penser, à sentir et à percevoir autrement.

Si vous regardez le monde sous un autre angle, cela est acquis, tout simplement parce que votre corps y participe, y contribue, le fait grandir et devient une racine ou une cellule indélébile de votre vie en association avec l’idée, la vertu, le monde que vous avez placé au centre de votre conscience. Si votre corps y participe en conscience jusqu’à faire apparaître en vous un regard, une habitude, un rythme, alors c’est acquis et c’est ce que vous rencontrerez et continuerez à vivre, même après la mort.

Surtout, n’entrez pas dans la philosophie et les croyances passives que les spiritualistes ont enfantées, car elles sont un piège.
Ne pensez pas que vous rencontrerez après la mort autre chose que ce que vous aurez vécu et réalisé avec votre corps.
Ne cultivez pas de faux espoirs stériles, enfantés par une dualité, une cassure entre ce que vous vivez et ce que vous souhaitez vivre.

la maîtrise

Soyez vrais et entrez dans une maîtrise qui vous permettra de prendre votre vie en mains et de vivre ce que vous voulez vivre en conscience.

Sachez qu’après la mort, vous ne rencontrerez que ce que vous aurez réalisé et vécu dans cette vie avec votre corps.
Si vous n’avez rien construit ni réalisé en conscience, si vous n’avez pas fait apparaître le corps de la sagesse jusque dans le corps physique, si vous n’avez pas allumé la flamme du corps subtil, il n’y aura rien de plus.
Si vous vivez instinctivement, vous continuerez à vivre ainsi après la mort.

Seules la conscience et l’activité consciente permettent la continuité et la liberté d’avoir un corps.

La conscience, c’est l’acquis, ce qui ne peut vous être enlevé, étant le fruit de votre travail. C’est donc cela qui constitue et constituera votre corps et votre être. Si cela peut vous être enlevé, cela signifie que ce n’est pas à vous, c’est‑à-dire que cela n’a pas été travaillé ni rendu conscient.

Ce qui ne peut pas vous être enlevé même par la mort, c’est ce qui a été acquis par la conscience.

Par le mot « acquis », j’entends le corps subtil qui est né du corps par le travail de la conscience. S’il s’éteint, cela veut dire qu’il n’est pas présent dans toutes les étapes qui constituent la vie de l’homme : le matin, au soleil levant ; la journée ; le soir, au soleil couchant ; et la nuit, alors que le soleil voyage dans la barque de la conscience dans l’autre monde. Si cela n’est pas ainsi, cela n’est pas mais n’est qu’une illusion d’être, un moment, une circonstance.

Père Michaël, veux-tu enseigner que, finalement, nous devons essentiellement animer le corps pour que la conscience éveille ce qui est immortel en nous, à travers les actes les plus simples de notre vie quotidienne et qu’elle allume la mémoire de ce qui doit être fait dans le corps, de toute éternité, dans la volonté de Dieu ?

J’enseigne que la conscience est un véhicule qui relie les mondes et permet de voyager d’un monde à l’autre.

Lorsque la conscience s’éveille et s’active, elle ressuscite la mémoire de ce que vous saviez, de ce qui vous appartient ou qui vous a été transmis par tradition.

Tout ce qui vient vers vous et vous anime ne vient pas de nulle part et n’est pas rien ; vous devez en être conscients.
La conscience est aussi le gardien, le protecteur et l’aimant universel qui attire vers vous ce avec quoi vous êtes en affinité.

Si la conscience s’éveille et s’active jusqu’à faire bouger le corps, à le faire agir, cela signifie que vous êtes dans l’alliance avec un monde qui change radicalement votre vie afin de devenir une priorité et de construire en vous un corps plus grand que la mort.

Tout ce qui est fait sans conscience appartient uniquement au corps et à la vie instinctive. Cela ne signifie pas qu’il n’y a rien, mais si l’homme ne conduit pas les énergies vers une conscience de plus en plus grande, claire, pure et vivante, il finira par perdre ce qu’il fait, car il ne fait rien d’autre que d’être vécu par des mondes dont il ne sait rien. Ce n’est pas une fatalité, mais juste une loi que vous devez étudier et vérifier en la rendant consciente, puis vivante dans vos vies et dans la vie de la terre.

Jésus a dit :

« À celui qui a, on donnera, mais à celui qui n’a pas, même le peu qu’il a, on le lui prendra. »

Quittez la terre avec un corps de conscience

Alors, ne rêvez pas à d’autres mondes, mais prenez soin de ce que vous avez en ce moment même et faites-le fructifier pour Dieu et en Dieu.

Si vous êtes vivants dans un corps sur la terre, c’est parce que vous avez voulu y être. Alors maintenant, acceptez-le et réalisez la mission, l’œuvre qui vous a fait prendre ce corps.

Ne cherchez pas à esquiver ce que vous avez à faire dans cette vie, mais éveillez votre conscience pour éclairer le corps, faire apparaître la grande sagesse et accomplir votre mission.

Ne pensez pas qu’il existe un autre chemin pour être libérés, car vous ne feriez que cultiver une illusion.

Accomplissez votre destinée et vous quitterez la terre avec un corps de conscience qui, accompagné de votre âme, pourra vous conduire vers l’autre rive et gardera, comme dans un panier, tout ce que vous avez acquis en conscience sur la terre. Le reste, vous l’oublierez, car vous n’aurez plus les sens pour vous le rappeler, vous n’aurez plus le ressenti, l’intellect liés à l’image du corps physique. Vous saurez que les mondes sont là, vivants, mais vous ne sentirez pas d’affinité, de lien ; ce sera comme quelque chose d’éteint.

Vivez en conscience et parcourez le chemin en faisant naître en vous un corps subtil de feu, d’air, d’eau et de terre capable de porter le Nom de la Mère et de réaliser la mission de votre âme immortelle.

Psaume 254 de l’Archange Michaël – Tome 37 : La maîtrise du serpent

Laisser un commentaire

Privacy Preferences
When you visit our website, it may store information through your browser from specific services, usually in form of cookies. Here you can change your privacy preferences. Please note that blocking some types of cookies may impact your experience on our website and the services we offer.

Ebook offert !

L'évangile de l'Archange Michaël

Je souhaite rececevoir cet évangile de l'Archange Michaël