L’Archange Michael qui apporte la lumière

L’histoire du petit garçon et de l’Archange Michaël

L’histoire de la plante Aroma

Notre histoire nous raconte qu’il y a eu une grande civilisation qui s’appelait les Atlantes. Elle était extraordinairement développée dans une vie sur la terre. Beaucoup d’êtres en ont parlé. Cette civilisation des Atlantes a disparu sous les eaux et la Terre tout entière a été nettoyée par les eaux. La Tradition nous rapporte que celui qui a survécu à ce déluge s’appelait Noé et qu’il a construit une arche dans laquelle il a mis tous les archétypes, tout ce qui vivait pour le sauver. En réalité, cette arche est passée de Noé chez les Égyptiens et ensuite chez Moïse. On a parlé de l’arche de l’alliance avec le Père et des 7 jours de la Création, c’est-à-dire les minéraux, les végétaux, les animaux, les hommes, les Anges, les Archanges, les Dieux. En réalité, Noé a essayé de préserver les règnes de la Mère. Il a posé une tradition plus grande que la mort et elle a guidé les hommes à travers les siècles. Toutes les religions sont venues de cette tradition. Il y a bien eu des destructions avec de l’eau, et des êtres ont survécu et ont recommencé la vie sur la terre en rebâtissant des civilisations, comme en Égypte, comme en Inde.

Après Noé, il y a eu un être qui s’appelait Haoma. C’était un être exceptionnel. Il était un animiste, dans le sens qu’il ne vivait pas développé une vie en dehors de la nature. Il vivait en totale harmonie avec elle, elle lui parlait. Pour lui, la Mère était vivante.

Haoma avait découvert une plante qui ressemble au basilic, plus grande, avec de petits grains jaunes, qui s’appelait Aroma. C’est de cette plante qu’on a trouvé le soma, le breuvage d’immortalité, d’éternité. Haoma avait fusionné avec cette plante, il était cette plante, et elle lui parlait et lui ouvrait les portes du monde de la Mère. Grâce à cette plante, il pouvait parler aux animaux, aux végétaux, à la Mère, mais aussi à des mondes supérieurs. Il montait sur les grandes montagnes et il allumait des feux, il vénérait le feu et il vénérait les éléments. Il appelait les étoiles et les Dieux, il appelait les génies et les éléments, il vivait avec les âmes des choses, il était dans l’âme du monde. Cet être a été un grand inspiré.

Il y avait tout un peuple qui était avec Haoma et ils ont vénéré l’Aroma.  Puis, peu à peu, la plante s’est cachée du regard de l’homme, même de celui des initiés. Les plantes savent que dès que l’homme découvre un secret, il l’attrape et le pollue.

Quand, dans la lignée d’Haoma, est apparu Zoroastre, ces secrets étaient révélés et connus au sein d’une même famille, d’un même peuple. Mais quand Zoroastre a pris cette plante, elle ne parlait plus et il ne pouvait pas, à travers elle, avoir accès aux mystères de la Mère. Lui, Zoroastre, était un maître qui aimait les mystères du soleil. Il voulait comprendre, avoir le savoir qui éclaire et qui donne à l’homme la puissance. Il cherchait à comprendre, il cherchait à vivre sur la terre en ayant le pouvoir des éléments pour sa vie, pour son peuple. Mais la Mère ne parlait plus et la plante, tout doucement, s’est éteinte et Zoroastre a dû prendre un autre chemin.

Une expérience troublante avec le feu

Toujours à cette époque où Zoroastre, jeune, n’était pas encore le grand Zoroastre, le grand initié qui a marché sur la terre, le grand Fils de Dieu, le Fils du Soleil et du feu, une fois, il a fait de la magie parce qu’il voulait régler un problème qu’il avait. Il a appelé des esprits dans un temple du feu. À cet endroit, un feu était allumé en permanence et Zoroastre a commencé à y appeler des êtres. Ce qu’il n’avait pas prévu, c’est que ce qu’il voulait faire était beaucoup plus grand que lui, dans le sens où quand l’homme commence à agir ainsi, c’est le monde tout entier qui le regarde.

Ainsi, des êtres que l’on pourrait dire sombres ont vu que Zoroastre voulait faire de la magie pour les asservir et ils ont refusé de lui obéir. Ils ont vu qu’il avait un grand potentiel pour aller vers la Lumière. Ils sont venus vers lui et ont commencé à l’oppresser.

Si on regarde dans le côté physique, Zoroastre était en train de prier et d’un seul coup, il s’est mis à respirer très fort tout en continuant de faire ses prières et ses invocations. Si on regarde dans l’eau autour de lui, on voit des êtres sombres qui viennent sur lui et lui serrent la gorge, qui rentrent dans ses poumons et lui serrent le cœur et qui essaient de l’étouffer, de l’enserrer en l’envahissant de toutes parts. Zoroastre se sentait de plus en plus mal, il se sentait défaillir. Il sentait la vie qui partait de lui et d’un seul coup, le feu sacré au milieu du temple s’est éteint.

Quand le feu s’est éteint, Zoroastre a tout perdu : sa vie, sa conscience, son intelligence. Lorsqu’il a vu qu’il était perdu, il s’est effondré, il était sur le point de perdre connaissance et de mourir. En réalité, il allait mourir. Et là, il a compris qu’il avait voulu appeler des forces, qu’il avait cru qu’il était fort, mais que ces forces étaient en fait plus fortes que lui et qu’il était faible.

Par chance, ce temple avait une porte ouverte et il y avait un petit garçon de la famille, un neveu de sa famille lointaine, car ils vivaient en tribu et celle-ci se trouvait non loin de là. Ce petit garçon, qui avait 6, 7 ans, est entré parce qu’il savait que d’ordinaire le feu brillait, mais il a vu que là, il n’y avait plus de lumière. Alors il est entré avec une torche, il s’est approché de Zoroastre, il lui a dit : « Je t’apporte la lumière » et il a rallumé la flamme. C’est alors que toutes les forces sombres se sont enfuies parce que ce petit garçon était pur et que c’était l’Archange Michaël qui, à travers le petit garçon, était venu pour apporter le feu à Zoroastre et le sauver.

Zoroastre a été sauvé par le monde divin parce qu’il était un Fils du Père. Il avait une mission à réaliser sur la terre, alors le Père ne l’a pas abandonné. Il a envoyé ce petit garçon et Zoroastre a reçu tout un enseignement par l’entremise de celui-ci.

Dans cette histoire, le petit garçon était totalement inconscient de ce qu’il faisait. Il a vu qu’il n’y avait plus de lumière dans le temple et qu’il n’entendait plus son oncle prier. Il a alors eu l’intuition de prendre une torche, d’aller dans le temple, de s’approcher de son oncle et de lui dire : « Je suis venu t’apporter la lumière. » Il a été utilisé par un monde supérieur parce qu’il était pur et innocent. Il a allumé la mèche dans l’huile et une fois la flamme allumée, les forces sombres ne pouvaient plus rien faire contre Zoroastre. Pourquoi ? Parce qu’elles ne peuvent pas toucher à la pureté, à l’innocence et que le monde divin est au-dessus de tout ce qui est de l’ombre.

Zoroastre a compris que seule la pureté peut s’approcher du monde divin. Ce qui est impur ne s’en approchera jamais. L’homme ne doit jamais rien demander au monde divin. Il doit s’en approcher en s’inclinant et en étant un serviteur. Il ne doit jamais rien prendre, ni se servir du monde divin pour améliorer sa vie mortelle. Le monde divin n’a rien à voir avec la vie mortelle. En ce temps-là, Zoroastre n’avait pas le savoir. Il avait une tradition, il avait une puissance, il a appelé des êtres et il a mélangé les mondes. Il a amené un monde supérieur dans un monde inférieur.

Le monde divin ne s’approche que dans l’adoration, l’humilité, la pureté. Zoroastre l’a compris. Il a compris que cet enfant avait tous les pouvoirs parce qu’il était pur, innocent et qu’il a été utilisé par un monde divin. Mais Zoroastre ne pouvait pas être utilisé parce qu’il voulait se servir de son savoir pour avoir la puissance en tant qu’homme.

Un enfant est venu, il a mis une flamme. Il était pur. C’étaient les bons génies qui se manifestaient jusque dans le plan physique. Ils ont apporté la lumière à Zoroastre. Celui-ci est alors devenu un Dieu sur la terre parce qu’il a compris cette pureté, cette innocence et il a conduit tous les êtres vers la Lumière, il a été un libérateur. Il a conduit tous les problèmes vers une libération. Il est devenu un serviteur d’un monde supérieur. Quand il a réussi à faire cela en lui, il l’a fait dans son peuple, il a tout nettoyé et il a tout amené vers le haut. Il a trouvé les paroles, les gestes, les pensées qui faisaient venir le feu sur la terre.

Jamais le feu de l’Archange Michaël ne viendra dans l’impureté. Le feu de l’Archange Michaël sur la terre n’est pas allumé pour les hommes, mais pour appeler la pureté, la grandeur, l’innocence. Il est allumé pour l’adorer, pour le bénir, pour s’incliner, pour avoir le cœur ouvert, pour appeler tout ce qui est beau.

Zoroastre a vécu en mettant dans les éthers cette pureté, cette grandeur et il a libéré tous les êtres, alors tous les êtres l’ont aimé. Et le monde a vécu et les mages sont venus l’honorer à travers Jésus.

Ce petit garçon qui est venu apporter la lumière à Zoroastre était le maître Omraam Mikhaël Aïvanhov. La vie de ce maître a été un enthousiasme, une pureté pour le feu, une joie, une innocence. Cet être était pur, il aimait le feu, la Lumière, l’œuvre de Zoroastre. Il a en réalité rallumé sur la terre le feu de Zoroastre dans la pureté et dans la grandeur.

L’homme Michaëlique

Laisser un commentaire

Privacy Preferences
When you visit our website, it may store information through your browser from specific services, usually in form of cookies. Here you can change your privacy preferences. Please note that blocking some types of cookies may impact your experience on our website and the services we offer.

Ebook offert !

L'évangile de l'Archange Michaël

Je souhaite rececevoir cet évangile de l'Archange Michaël