S’approcher du Feu de l’Archange Michael

Un enseignement pratique de l’Archange Michael

Eveille ton Feu intérieur

Les Esséniens sont les dévoués de l’Archange Michael. Ils portent cet Archange dans leur cœur comme une adoration et un mystère sacré.

L’Archange Michael est le monde sacré.

S’approcher de lui, penser à lui, c’est entrer dans tout ce qui est pur, éternellement vrai, grand, inviolé, immaculé.

Ce qui est impur et faux ne peut s’approcher de l’Archange Michael.

C’est avec ferveur et joie que les Esséniens s’assemblent à chaque équinoxe d’automne  pour célébrer la fête de l’Archange et l’honorer, lui manifester leur amour, leur dévotion et leur fidélité.

Les Esséniens se considèrent comme les enfants de l’Archange Michael, des serviteurs de son intelligence et de sa volonté. Lorsqu’ils s’assemblent, ils accomplissent tous les rites permettant à l’homme de s’approcher du monde sacré et de s’unir à lui dans la pureté. Ces rites ne sont pas des dogmes figés, mais une écriture vivante agissant dans plusieurs mondes.

C’est en allumant un feu consacré au milieu d’une assemblée d’Esséniens en méditation qu’Olivier Manitara prononça la prière ci-dessous.

Olivier Manitara étant un fils de l’Archange Michael, c’est une de ses façons d’enseigner et de transmettre l’énergie, la puissance d’un  monde et d’une conscience supérieure. Il prie, invoque au milieu de ses élèves, de ses amis, de sa famille d’âmes.

Il lui est régulièrement arrivé de prier ainsi pendant plus d’une heure afin d’élever le niveau de conscience des Esséniens et de les mettre en contact avec des réalités supérieures de la vie. C’est ainsi qu’un enseignant essénien authentique conduit ses élèves, ses amis dans la réalité et la simplicité de la vie.

Lors de la célébration de la Ronde des Archanges (dont font partie celle de l’Archange Michael mais aussi l’Archange Raphaël au printemps, Ouriel en été et Gabriel en hiver), de telles prières et invocations collectives ont régulièrement lieu.

Les Esséniens ne célèbrent pas le feu de l’Archange Michael uniquement pour leur peuple mais pour le bien et la protection de tous les êtres.

C’est une véritable bénédiction et une chance incroyable d’être à côté, de se tenir dans l’aura d’un Maître authentique qui prie et invoque pour la victoire de tout ce qui est beau et grand.

Imaginez : il y a 2000 ans, si vous aviez pu être avec Jésus lorsqu’il priait son Père, seriez-vous passés à côté d’une telle expérience ? Le Maître Jésus a changé la face du monde avec ses prières  car il y avait un monde dans ses paroles ; il en est exactement de même aujourd’hui à travers Olivier Manitara (le Maître incarné des Esséniens d’aujourd’hui) et les travaux entrepris par les Esséniens.

Feu de l'Archange Michael

“ Archange Michael,

Père du feu,

Gardien de la parole du Père de tous les Pères

et de notre Tradition de Lumière,

Intelligence et Âme vivante de notre peuple essénien.

Soleil Vérité, Sagesse éternelle des mondes,

Ta bénédiction emplit tout.

C’est toi qui ouvres un chemin de résurrection,

qui éveilles et élèves toute semence d’éternité

cachée dans le royaume de la mort.

Tu es l’œil de la révélation et l’intelligence

dans la compréhension.

Tu es l’artisan des destinées

et ouvres la porte à ceux qui sont revêtus

du vêtement blanc de la fraternité.

Nous voulons être consacrés par ton feu

pour honorer la flamme de vie

que le Père déposa en nous à l’aube des temps,

faisant de nous des Enfants de la Lumière

et des gardiens de la flamme.

Que ton feu s’éveille sur la Terre Essénienne ;

qu’il sanctifie nos sanctuaires,

chasse toute obscurité de nos atmosphères.

En Toi Michaël, nous voulons penser, aimer, vivre.

Nous voulons porter la magie de tes paroles

dans les éthers.

Nous voulons bâtir sur la terre

une vie digne de ta splendeur.

Nous voulons marcher sur le chemin de l’esprit

afin que chacun de nous puisse ressusciter

la vie et la sagesse de la Mère

qui nous porte et nous conduit.

Ainsi, tu te poseras sur la terre

comme le feu de l’esprit

qui fait triompher l’intelligence, l’harmonie, la paix.

Amin. ”

Cette prière-invocation est offerte ici car en elle vit une grande force pour celui, celle qui la prononcera avec un cœur dévoué à l’Archange Michael, une volonté déterminée à étudier son Enseignement tel qu’il est transmis à travers les psaumes de l’Évangile essénien.

Cette prière permettra à ceux qui le souhaitent de se mettre dans l’ambiance de la célébration que nous vivons chaque année à l’équinoxe d’automne et dont nous témoignons dans cet ouvrage. C’est aussi l’occasion d’allumer la flamme de leur vie intérieure et de se préparer pour entrer dans l’étude de ce qui est le précieux de la vie, la source du bonheur, la flamme du bien, la bonté, l’essentiel.

Pour les Esséniens, prononcer une telle prière, c’est s’unir avec un monde sacré, se purifier et aussi purifier le monde, les éthers autour de soi.

Que la joie de trouver le chemin de la Lumière et d’y marcher soit avec toi !

Feu de l'Archange Michael

Un message de lumière

Les Esséniens entretiennent une tradition rendue célèbre par la Bible : les épîtres. Ces lettres d’enseignement sont envoyées par les Maîtres Esséniens à leur communauté depuis toujours.

Véritables trésors de sagesse, elles sont soigneusement conservées et archivées. Certaines ont fini par constituer des textes de référence, de véritables livres.

Une lettre n’est pas qu’un écrit : elle est chargée d’âme, de magie et renforce le lien télépathique, l’union intérieure. Elle est un moyen de se concentrer sur la même longueur d’onde et de se rejoindre, d’être ensemble.

Nous les Esséniens, nous ne sommes pas seulement des étudiants de l’éternelle sagesse du Père,  nous sommes avant tout une Nation, une Tradition vivante, une fraternité, une famille.

Une famille est un corps qui doit faire apparaître des enfants, des œuvres, une qualité de vie sur la terre. Notre famille est liée à notre idéal, à notre foyer, au feu pur qui nous anime. Notre œuvre est la constitution d’un corps à la Lumière sur la terre pour que le Père puisse se manifester. Un Essénien est donc à la fois un individu et le membre de cette grande famille du Peuple d’Essenia.

La lettre que le Maître essénien écrit aux Esséniens est une manifestation de ce lien de Lumière qui les unit jusqu’à ce qu’ils forment un seul corps. Plus l’énergie circule entre nous, plus nous gagnons la capacité de vivre dans la Lumière et de réaliser nos souhaits. C’est pourquoi nous devons renforcer tout ce qui nous permet d’augmenter la communication entre nous, tout ce qui nous permet de nous rapprocher, d’être ensemble pour la victoire de la Lumière.

Olivier Manitara écrit tous les mois à la communauté internationale des Esséniens. Cette lettre mensuelle fait partie du réseau d’énergie, de pensée qui doit être tissé. Il explique à propos de cela :

« Elle est une émanation du soutien mutuel et un moyen pour moi d’être près de vous, de vous protéger, de vous entourer de ma présence magique et aimante, de prendre soin de ce qui est le plus précieux en élevant constamment vos vibrations.

Il faut être conscient que ce n’est pas une simple lettre mais une matérialisation d’une énergie subtile qui peut nous élever dans un monde de Lumière. Autrement, nous passons inconscients à côté du trésor. Pensez-y lorsque vous la recevez et que vous l’ouvrez pour la lire car ainsi vous pouvez bénéficier de cette bénédiction.

Sachez qu’à chaque fois que j’écris la lettre, j’active les mondes de Lumière de la Nation Essénienne éternelle afin que vous soyez bénis et protégés dans notre Alliance. C’est un “ prendre soin”, un “soutien mutuel ”  Lorsque j’écris la lettre, j’invoque dans mon cœur et mon âme la totalité de notre Nation et chacune des âmes qui la constituent sur la terre et dans le monde subtil.

Parfois, certains d’entre vous m’apparaissent dans la difficulté ou dans la joie. Sachez que vous n’êtes pas seuls et que jamais vous n’êtes jugés. L’amour de notre Père, de nos ancêtres les Maîtres et la compassion nous unissent. Tout cela se passe dans le silence et la grande sagesse du silence qui appartient au Père.

La Lettre est une émanation de ce silence car elle veut faire apparaître ce silence, en montrer le chemin, la beauté et la force. Elle s’adresse à vous mais aussi à l’ensemble de la communauté et c’est avec toute la communauté que vous devez vous relier pour la lire : lisez-la pour vous-mêmes, pour les Esséniens, pour les animaux, les plantes, les pierres, la Mère-Terre.

Lire la lettre essénienne est un exercice sacré, une reliance, une communion vivante, un service. C’est à travers une telle communion que s’élabore le corps intérieur, l’autre corps, le but de la vie ».

Suite à la célébration de la grande fête de l’Archange Michael, à l’équinoxe d’automne 2008, Olivier Manitara écrivit aux Esséniens ceci :

Feu de l'Archange Michael

Dans la Magie de l’Archange Michael

« Bien Aimé(e),

Reçois tout mon amour, que ta vie soit dans la bénédiction de la Lumière.

L’œuvre accomplie par les Esséniens pour honorer la fête de l’Archange Michael a été une splendeur et une richesse indescriptible.

La Nation Essénienne a passé une marche qui la rapproche du ciel, mais aussi la fait apparaître un peu plus sur la terre. Elle se structure.

D’un côté, elle s’approche de l’éternité et d’une partie d’elle qui vit dans ce monde de la Lumière infinie ; d’un autre côté, elle commence aussi à se structurer et à apparaître dans le monde des hommes. Elle devient plus solide et tangible.

A l’image des maisons des trois petits cochons, elle n’est pas encore réellement posée. Si le méchant loup vient souffler, alors elle n’est pas capable de résister mais elle devient tout de même plus tangible.

Elle devient de plus en plus visible aux yeux de la Mère et de la nature vivante. Certains hommes peuvent eux aussi la percevoir plus ou moins clairement. Dans le monde  supérieur aussi elle apparaît comme un embryon.

C’est une grande victoire, car cela signifie que la Nation Essénienne, non seulement existe dans tous les mondes, mais qu’en plus, elle progresse et se développe. Alors la relation entre le monde des Archanges et celui des Esséniens va s’intensifier, devenir plus fluide, plus tangible, plus proche, perceptible.

Ce qui existe de la Nation Essénienne dans le monde de l’éternité est un embryon vivant en gestation, dans l’espoir de devenir beaucoup plus large et vaste. Cet embryon doit être animé et nourri de la vie terrestre des Esséniens car d’une certaine façon, c’est leur futur, leur devenir.

C’est peut-être aussi leur futur Maître, le futur fils qui viendra apporter la Lumière du Père pour conduire la Sagesse Essénienne dans le triomphe absolu. Cet embryon est un Dieu à naître.

Les Esséniens doivent être une mère pour le monde divin. Leur vie terrestre doit devenir une nourriture pour que cet embryon vive et grandisse. C’est comme arroser une plante.

Cet embryon est la véritable nature de chaque Essénien. Tu peux le retrouver mais aussi oublier son existence et te perdre dans le monde de la mort. Il est le contact permettant la communion avec la véritable nature supérieure de l’homme.

Pour vivre dans le monde divin, l’homme doit se créer un corps : c’est le secret des secrets. Le monde divin est la véritable nature supérieure de l’homme mais si l’homme ne naît pas de ce monde supérieur, il ne peut le connaître et y vivre. C’est le véritable secret de la Ronde des Archanges et de la Nation Essénienne. C’est la véritable assurance-vie.

Feu de l'Archange Michael

La célébration de l’Archange Michael cette année a vu deux événements particulièrement forts.

Tout d’abord, l’Archange Michael a offert à la Nation Essénienne l’enseignement de l’homme-cerf, de la ménorah et de l’usurpateur. J’ai largement développé cet enseignement à travers des conférences. Ce sont tous les Esséniens du monde qui se trouvent grandis de cette sagesse apparue si claire et précieuse dans le monde des hommes.

Ensuite, alors que j’invoquais l’Ange de la magie autour du feu de l’Archange Michael en France, l’Archange a donné la pierre de la magie à la Nation Essénienne.

La pierre de la magie

Nous avons placé trois pierres à l’intérieur même du feu. Et alors que l’Archange Michael délivrait ces pierres de la présence de l’usurpateur pour les charger de sa présence, je voyais des êtres s’enfuir des pierres en hurlant. Ils étaient des couches d’illusions, de mensonges placées sur le vrai visage de la pierre. Ainsi, le vrai est emprisonné à travers des masques de tromperie et de semblant.

L’Archange Michael est le vrai visage des êtres, alors que l’usurpateur est celui qui place le visage du mensonge et de l’apparence. Il devient alors impossible de rencontrer l’être véritable et tout entre dans la confusion, l’enfermement.

J’ai réellement vu que l’usurpateur a emprisonné le monde dans le mensonge en plaçant une couche d’obscurité sur toutes les créatures vivantes comme la terre, l’eau, l’air, le feu, les pierres, la nourriture, les plantes, les animaux, les hommes, la spiritualité.

Ainsi, tous les êtres sont malheureux car tous sont dans l’esclavage du faux et ne peuvent même plus se voir eux-mêmes dans la réalité, ni voir l’autre comme il est réellement.

Cette expérience m’a permis de comprendre tout un savoir qui va maintenant apparaître dans la Nation Essénienne. Les pierres de magie consacrées par l’Archange Michael seront placées dans les Villages Esséniens de France, du Québec et du Gabon.

Elles sont liées à la pratique de la magie divine et permettent la dissolution de toutes les fausses images. Elles régénèrent l’atmosphère magique par leur capacité de transformer ce qui est nocif en énergie positive et pure.

Cela a été incroyable de voir en pleine conscience, de faire l’expérience vivante qu’un usurpateur a réussi à polluer toute la planète et à mettre des couches de mensonges dans tous les mondes pour empêcher les êtres d’être eux-mêmes et pour les conduire dans un esclavage inconscient.

Avec le recul, je comprends que cette expérience, ce savoir sont la suite logique de l’enseignement sur la ménorah et les sept flammes que l’Essénien doit allumer en lui pour appeler la Lumière de Michaël et chasser les sept flammes de l’usurpateur.

Feu de l'Archange Michael

La réalité de la ménorah, les flammes sacrées de l’Archange Michael

Les sept flammes de la ménorah, c’est ce qui révèle à quel monde nous appartenons. Si ce sont les vertus de l’Archange Michael, alors nous sommes réellement des Esséniens. Si ce sont les flammes de l’usurpateur, alors nous sommes dans le malheur, dans l’incapacité, dans l’enchaînement au sombre.

L’homme peut avoir allumé une ou deux flammes de l’Archange Michael mais il ne connaît pas la plénitude car il y a encore en lui un lien avec la présence de l’usurpateur. Une seule flamme suffit à manifester son pouvoir et son emprise.

La ménorah n’est pas un monde d’illusion mais une réalité concrète ; c’est pourquoi cet enseignement doit être étudié et assimilé par tous les Esséniens.

Les hommes parlent facilement du « démon » ou des forces sombres mais finalement, c’est un langage stérile qui bien souvent ne rime à rien et ne veut rien dire.

C’est une réponse toute faite pour expliquer les expériences que certains hommes vivent.

La ménorah de l’Archange Michael est réelle, au-delà de la simple philosophie et croyance de l’homme. Par sa croyance, l’homme a la capacité de se fabriquer un monde faux. Ce n’est pas le cas pour la ménorah.

Soit tu allumes la flamme et donnes la vie à un monde, lui permettant de se manifester en toi, soit tu n’allumes pas la flamme et rien ne vivra. L’Essénien qui médite ce secret et ce chemin peut percevoir avec clarté avec quel monde il est associé dans sa vie.

La force de l’Usurpateur

L’usurpateur prend un visage, il n’est plus abstrait mais devient concret, se revêt de forme, acquiert une structure. Il est ainsi sorti de son invisibilité, de ce qui fait sa force. Lui agit dans le caché, dans l’inconscience, dans le sommeil de la vie des hommes. Alors que l’homme dort, l’usurpateur est actif à travers lui. Il prend la place active dans la passivité de l’homme.Sa force est que personne ne le voit, ne l’identifie. Le montrer, c’est enlever le masque, lui faire perdre son pouvoir. Tout au moins pour les Esséniens car la plupart des hommes sont sous son emprise parce qu’ils ne s’aperçoivent pas qu’ils dorment et qu’ils sont morts.

La passivité  -première contre-vertu de l’usurpateur- est la mort. L’usurpateur se sert de la passivité, de l’inconscience de l’homme pour s’emparer de lui, diriger sa vie et animer sa destinée.

La clé des grands mages

Tout le travail accompli lors de cette célébration michaëlique de la Ronde des Archanges 2008 a permis de révéler la présence de l’usurpateur, de lui donner un nom, une identité, une forme, une présence. C’est une compréhension claire et précise d’un fait qui habituellement est invisible, non connu, non saisi.

Ceci est la clé des grands mages qui a été révélée et montrée aux yeux de tous les Esséniens. Les plus grands mages, les fils de Dieu qui sont venus sur la terre pour servir Dieu le Père et Dieu la Mère et l’humanité savaient que cet usurpateur est impalpable.

Pour avoir une action sur lui, ils ont créé des symboles, des écritures. Alors l’usurpateur les regardait et eux s’efforçaient de le capturer, de l’emprisonner et de l’enchaîner afin de le contrôler.

Nous, les Esséniens, nous ne voulons enchaîner personne et accomplissons seulement la volonté du Père. Nous voulons que la Nation Essénienne soit libre de l’influence de l’usurpateur. C’est un vaste programme et nous avons commencé par tout le travail qui a été accompli. C’est de la haute magie comme il n’y en a plus sur terre depuis des siècles.

L’usurpateur ne peut être révélé qu’au mage. Les hommes d’amour, de sagesse, de piété, de mysticisme ne peuvent le voir car toutes leurs activités sont en réalité sous la domination de l’invisibilité de l’usurpateur. Seuls les grands mages peuvent le voir parce qu’ils ont les moyens d’agir sur lui et de le rendre visible à travers certaines écritures, paroles, compréhensions.

Ainsi, les plus grandes clés de la magie divine -qui seules mettent en œuvre la véritable religion de la Lumière- ont été révélées à la Nation Essénienne. C’est une force pour les Vestales et les Prêtres esséniens. En fait, c’est une force pour tous les Esséniens et il faut en prendre conscience. Nous sommes une Nation, et la réussite des Prêtres est celle de tous les Esséniens.

Seuls les mages peuvent atteindre l’usurpateur par la pratique de la magie et le savoir, l’art de rendre l’invisible visible. Une fois qu’il est visible, c’est lui qui est placé dans la faiblesse. Il peut être attrapé, maîtrisé et il peut y avoir un dialogue. Il n’est plus le Dieu tout puissant et inaccessible qui gouverne le monde des hommes au doigt et à l’œil.

La véritable religion de la Lumière

La véritable religion de la Lumière est liée à cette connaissance sacrée de l’utilisation de la magie divine. Les Prêtres et les mages sont ceux qui activent la magie pour la gloire du Père de la Lumière et non pour la gloire de l’usurpateur.

Ainsi, nous, les Esséniens, nous venons de renouveler la religion de la Lumière sur la terre grâce à la bénédiction de l’Archange Michael.

Je veux que chacun de vous médite ce qui a été fait et le comprenne afin que la véritable Lumière naisse en chacun de vous et que vous ne passiez pas à côté de ce qui est essentiel et grand dans la vie. La véritable religion, c’est d’être ensemble, de se tenir dans l’Alliance de Lumière dans tous les mondes.

L’Alliance de Lumière

La ménorah est cette alliance, c’est pour cela qu’elle figure au centre de notre drapeau. Mais aujourd’hui, la ménorah devient le chemin de la Lumière et l’outil magique qui triomphe de l’usurpateur dans la Nation Essénienne.

Un homme seul ne peut rien car il est en dehors de l’Alliance. Même un groupe d’hommes ne peut rien s’il n’a pas l’Alliance réelle avec le monde supérieur. Cette alliance passe par la pratique de la magie et la véritable religion.

La religion est le fruit de la vraie magie car elle seule permet de s’élever au-dessus de l’usurpateur.

De la magie naît la religion de la Lumière. Mais la magie est dans le mage, c’est l’Alliance de Lumière. Le mage consacre les Prêtres mettant en œuvre la magie dans la religion. Ainsi, chacun peut tenir la corde, s’accrocher au lien de Lumière qui unit et bénit les mondes.

C’est cette religion de Lumière qui doit construire le corps futur de chaque Essénien. Cela se fait à travers l’organisation de la Nation Essénienne et la formation de sa structure terrestre.

Chaque Essénien doit être dans ce grand corps pour former son propre Corps de Lumière futur, comme chacun a été dans le corps de sa mère pour acquérir un corps de manifestation physique.

Ainsi, en devenant la religion de la Lumière, la Nation Essénienne se libère du corps de l’usurpateur pour constituer le corps du Christ, le corps du béni, de l’envoyé et de la maison du Père sur la terre.

Je me réjouis que plusieurs d’entre-vous aient participé à ces mystères et vous demande maintenant de les méditer afin que la véritable compréhension grandisse dans l’atmosphère magique de la Nation Essénienne.

Le premier feu de l’Archange Michael

Ce feu a été allumé lors de la première célébration de l’Alliance était dans le village de Terranova en France. Depuis, jamais plus les Esséniens n’avaient allumé le feu de l’Archange Michael sur une terre essénienne.

Au Québec, on alluma de nouveau le feu de l’Archange sur une terre essénienne, dans l’enceinte d’un Village Essénien. Cela a été une véritable force pour la Nation Essénienne et le commencement d’une nouvelle aventure, l’apparition d’un mystère lié à la Mère, sur ces terres du Québec.

De plus, nous avons allumé ce feu à l’intérieur d’un temple fermé. Dans un Psaume que je n’ai pas encore communiqué, l’Archange Michael m’a dit :

Feu de l'Archange Michael

Psaume 101 de l’Archange Michael

« Je souhaite que les Esséniens comprennent que d’une petite flamme peut naître un grand feu. Apprenez à préserver, entretenir, maintenir le monde sacré à travers la flamme, à travers le commencement. Préservez ce qui est pur dans l’origine et gardez-le pur jusqu’à la grandeur. N’oubliez jamais que dans le petit est le commencement de la grandeur. Le petit est le premier-né du Père, c’est la première flamme qui allume toutes les flammes et tous les feux. C’est le fils de Michaël, l’envoyé du Père sur la terre. Tous les êtres qui s’approchent de lui, qui l’acceptent et l’accueillent deviennent eux aussi des envoyés et des fils, des filles du feu et de la Lumière. Quand l’homme craque son allumette et fait apparaître le feu, il met en œuvre une écriture sacrée et un principe divin : celui de l’envoyé et du fils du Père, du premier-né de Dieu. Par cette petite flamme, un éther apparaît qui est potentiellement illimité. Celui qui sait faire grandir la flamme de vie en un feu immense qui éclaire, réchauffe, vivifie tout un monde et plusieurs mondes est l’Enfant de la Lumière qui accueille avec amour et sagesse l’envoyé du Père. J’aimerais que les Esséniens comprennent cette écriture et qu’ils l’associent au Père de la Nation Essénienne afin que mon feu soit réellement allumé sur la terre pour la gloire du Père de tous les Pères. Je vous demande de développer l’attitude juste envers le feu et d’en préserver l’éther sacré. Ne soyez pas des somnolents, des inconscients, des rêveurs devant la flamme de Michael ». Village Essénien du Québec, 2008

Le fait que le feu ait été allumé dans un temple fermé a donné une autre dimension à la célébration de notre Père Michaël. Le temple est devenu un sanctuaire beaucoup plus intime, avec en son centre un feu éternel sur lequel les yeux ne peuvent pas vraiment se poser, comme s’il était la présence de Dieu.

L’homme comprend alors qu’il doit être humble devant ce qui est sacré, animé par un monde et une intelligence supérieure. Michaël est l’intelligence divine qui anime les univers.

L’homme respectueux doit s’incliner devant ce qui est grand et pur. Il doit s’incliner – même à l’intérieur de lui – devant le plus petit, c’est-à-dire devant le feu divin.

Oui, ce feu est petit dans la vie de l’homme car ce dernier n’a pas mis la grandeur dans ce qui est divin. C’est pourquoi il est beau que l’homme s’incline devant ce qui est petit et modeste. Cela est en vérité supérieur à lui et peut le conduire vers le Plus Haut, sur le chemin de la véritable grandeur.

Aujourd’hui, l’homme est trop pris dans son monde. Il ne sait plus poser son regard émerveillé et s’éveiller dans la grandeur qui habite le petit. Cette grandeur le dépasse tellement qu’il ne la perçoit plus, à l’image d’une fourmi qui marche sur le bras d’un homme. L’homme ne connaît plus le monde divin et le monde sacré qui peut se manifester dans une simple flamme. Ses yeux sont morts, même s’il pense voir.

s’approcher de L’Archange Michael

L’Archange Michael est le feu consumant tout ce qui est impur et faux. Pour s’approcher de L’Archange Michael, l’homme doit être centré dans son rayon de flamme éternelle. Sinon le feu brûle même l’œil qui le regarde, consume le corps et les éthers qui entourent le corps.

Aujourd’hui l’homme est rassasié, repu, il connaît trop de choses, mais rien ne vit en lui. Lorsqu’il s’approche du sacré il s’endort et digère le monde faux qui l’envahit. Le sacré est au-delà de ce monde d’informations et de connaissances stériles.

Un chemin pour les vaillants

Le feu de Michaël consume tout ce qui n’est pas éternel. Seuls les purs, les vaillants, les préparés peuvent s’en approcher. Etre dans le sacré, c’est se tenir dans l’inexplicable, entrer dans l’inconnu pour faire apparaître ce qui se vit au-delà de la mort, au-delà du masque de l’homme.

Etre dans le sanctuaire du feu a permis de mieux comprendre ce chemin vers le monde divin. Lorsque l’homme est loin du feu, il s’endort, digère ; s’il s’approche, il ne peut que s’éveiller, car il sait que rien de faux ne restera de lui.

Le Maître Jésus a indiqué le chemin du feu en disant :

« Qui s’approche de moi s’approche du feu, qui s’éloigne de moi s’éloigne de la vie ».

L’attitude à développer devant le feu au centre du sanctuaire est l’attitude même de la vie véritable : s’approcher du mystère de Dieu.

La vie est une expérience de feu, et vieillir c’est se consumer pour finalement disparaître en Lui, l’Archange Michael.

Ainsi l’expérience de l’Archange Michael est universelle pour tous les êtres qui ont chuté en dehors du royaume de la vie. Il pose la question :

« Qui est comme Dieu ? »

et tu dois connaître la réponse.

C’est pour expliquer ce mystère que la Tradition a dit que l’Archange Michael gardait la porte du royaume du Père mais en réalité, sa porte n’est autre que la mort, la porte de sortie. C’est la mort de l’usurpateur car l’Archange Michaël dit : « Je suis le chemin, la résurrection et la vie ».

L’usurpateur dit : « Je suis le chemin, la vieillesse et la mort ». Voilà le trésor que la Nation Essénienne apporte au monde : le feu de l’Archange Michaël.

L’expérience du feu

Développer l’attitude juste devant ce feu, c’est se libérer du faux, du masque, du semblant, de l’apparence pour plonger au cœur et entrer dans ce qui ne peut s’expliquer mais seulement se vivre, se goûter et surtout se partager avec le monde divin.

C’est l’expérience du feu et de la Lumière de ton être véritable et il n’y a pas de plus belle expérience au monde.

L’année dernière, lors de la célébration de 2007, l’Archange Michael voulait faire une sélection parmi les humains qui s’approchent de lui. Il voulait que l’homme comprenne que seul celui qui est respectueux, humble, conscient et dans la maîtrise peut réellement s’approcher du Divin.

Il ne voulait pas que l’homme s’approche en étant inconscient, avec tous ses bagages, toute la nourriture du monde des hommes, l’inutile qui appartient à l’usurpateur et qui ne passera jamais le voile de la mort.

Le problème est que lorsque l’homme entend un tel enseignement il s’éveille et entre dans la discipline, se fige, prend cela comme un devoir et en cela il abdique sa royauté intérieure.

L’Enseignement vient de l’extérieur non pas pour être suivi à la lettre mais pour éveiller l’esprit de vie à l’intérieur de l’Essénien. L’enseignant ne souhaite jamais être obéi au doigt et à l’œil mais éveiller le feu, l’intelligence, l’amitié, la complicité, l’amour, le respect dans son élève. Telle est la sagesse essénienne.

La maîtrise n’est pas une dictature ni une déresponsabilisation de l’être. C’est tout le contraire.

Les hommes ont été formés suivant ces moules, alors ils pensent qu’en respectant la discipline extérieurement, ils rencontreront le Divin. Mais le Divin est la vie à l’intérieur comme à l’extérieur. Il se partage et ne se donne pas, ne s’emprunte pas, ne se comprend pas. Il est une communion.

Développer la subtilité

Le Maître Deunov a dit :

« Mange une pomme, respire-la, sens son odeur, son parfum, regarde sa forme, mastique-la lentement, imprègne-toi de son goût. Alors tous tes corps seront nourris et finalement ton corps physique aura besoin de peu ».

Aujourd’hui, l’homme est gavé dans sa pensée, ses sentiments, sa volonté et son corps physique ; il n’y a plus de place en lui pour le côté subtil, pour l’inexplicable. Ce subtil ne peut apparaître si l’homme donne toute sa vie au côté grossier, s’il est uniquement dans la discipline, dans l’ordre, dans le soldat qui obéit sans comprendre, sans ressentir, sans éveiller son intelligence, son âme.

Le soldat se dit : « Je fais ce que l’on me dit et si je fais bien, je serai récompensé ». C’est de cette façon que sont dressés les animaux dans les cirques.

Bien sûr, cette technique est bonne pour les êtres qui sont loin de la Lumière. Mais pour ceux qui commencent réellement à entrer consciemment sur le chemin divin, qui commencent à étudier et à entrer dans la maîtrise d’une façon véridique et vivante, il ne devrait pas être utile de leur enseigner la vigilance, le respect, l’esprit d’éveil. De même, il devrait être superflu de dire à l’élève avancé : « Attention ! Tu penses, tu sens, tu agis mal ».

L’Essénien doit se tenir dans une stabilité et une discipline qui viennent de sa propre flamme d’intelligence, de conscience et de subtilité. Alors c’est une communion d’âmes et un partage sacré.

S’approcher des mystères de l’archange Michael

L’enseignement nous conduit à cela dans l’impersonnalité et le non-jugement. Chacun doit s’éveiller à travers l’Enseignement pour trouver les réponses et se redresser dans l’amour et la vie. Si l’Essénien n’a pas ce fondement en lui, alors il n’a pas de terre pour se poser, pas d’identité, pas de forme, il n’existe pas devant le Père Michaël et devant le feu pur de la vérité.

Ce n’est que lorsque tu auras cette base, cette terre que tu pourras manger la pomme et la faire vivre dans tous tes corps pour toi aussi vivre avec eux et t’approcher des mystères du feu de l’Archange Michael.

Cet enseignement est apparu clairement lors de la célébration de l’Archange Michael dans son sanctuaire au Québec.

C’est une offrande que je fais à la Lumière à travers chaque Essénien. Que cette offrande allume le feu de notre Père en vous afin que la Nation Essénienne devienne une belle Lumière sur la terre qui éclaire et ouvre un chemin à tous ceux qui souffrent et cherchent  la porte de sortie.

Je vous embrasse et vous aime.

                                           Olivier Manitara

Allumer le Feu de l’Archange Michaël

Les Esséniens célèbrent les quatre saisons et les quatre éléments tout au long de l’année. Le solstice d’hiver est la fête de l’Archange Gabriel et de l’élément Eau. L’équinoxe du printemps est celle de l’Archange Raphaël, qui est l’intelligence divine dans l’Air. Le solstice d’été est la fête de l’Archange Ouriel et de l’élément Terre.

C’est à l’équinoxe d’automne que le Feu de l’Archange Michael est célébré. Durant les trois mois d’été, les Esséniens étudient l’Evangile d’Ouriel par une pratique quotidienne.

De la terre consacrée par l’Archange au solstice d’été est précieusement conservée afin de s’imprégner de toutes les prières, des méditations de l’Evangile Essénien. Cette terre est ensuite offerte à l’Archange Michael lors de sa célébration à l’équinoxe d’automne.

Avant d’allumer le feu sacré de l’Archange Michael , une cérémonie fut donc accomplie pour offrir au Père du Feu les prières et tout le travail accompli par les Esséniens durant les trois derniers mois. Cette cérémonie marquait l’accomplissement de la pratique de la Ronde des Archanges entre l’Archange Ouriel et l’Archange Michael.

Olivier Manitara présenta la cérémonie d’offrande de la terre d’Ouriel en quelques mots :

« La fête du feu -l’Archange Michael- est aussi la célébration de la terre -l’Archange Ouriel. C’est l’union de la terre et du ciel, le feu, le soleil, la Tradition de la Lumière mais aussi le corps, la terre, tous les fruits de la terre, tout ce qui vient de la terre.

Offrir ces trois mois de travail intime avec notre Père, l’Archange Ouriel, d’étude, de réflexion, de méditation, de prière est vraiment magique, émouvant. Nous allons chacun offrir cette petite poignée de terre et poser une flamme par-dessus. C’est un acte simple, une offrande. Dans de tels moments, notre peuple s’unit et se renforce. »

Un cercle de terre consacrée entoure des bougies que des Prêtres esséniens allument alors que l’assemblée se recueille dans la dévotion.

La voix claire et vivante d’un Prêtre s’élève alors :

« Dieu dans le feu, Dieu dans la sagesse, dans la flamme, Dieu dans l’amour, Dieu être véritable éternel en tous les êtres et manifestations d’existence, nous t’adorons dans la flamme. Dieu dans la magie qui crée les mondes, Dieu du soutien mutuel qui prend soin du Père et de la Mère en tous les mondes, sois béni et rendu puissant dans le cœur et l’âme de la Nation Essénienne. Nous honorons le feu par notre pensée, notre parole, notre posture consciente, notre vie consacrée. Nous honorons la flamme des Maîtres dans notre Nation et notre Tradition. Nous bénissons la flamme des Prêtres et des Vestales. Nous nous inclinons avec respect et dévotion devant le feu de l’étude sacrée de la sagesse essénienne. La Nation Essénienne est un peuple de Prêtres et de Vestales qui s’inclinent devant Michaël, leur Père. Béni soit le feu du savoir divin qui fait vivre le Père dans le cœur, l’âme, l’intelligence et les actes de l’Essénien. Que le visage de l’Archange Michael apparaisse dans le feu. Toi qui consumes tout ce qui est sombre et fais apparaître la gloire, la beauté du Père, nous sommes silencieux devant toi. Nous t’offrons la terre… »

L’assemblée répète en chœur la prière puis un chant sacré s’élève de tous les cœurs pour honorer la Terre de Lumière du Peuple d’Essenia. Chacun peut alors venir allumer sa bougie et déposer sur le grand cercle de terre sa propre poignée de terre puis poser dessus sa flamme.

A l’issue de ce magnifique et émouvant rituel, Olivier Manitara prononça ces paroles :

« Victoire à la Lumière, à la flamme, au feu. Flamme de la sagesse, flamme de la beauté, feu de la joie, Lumière de la vie, victoire, victoire, victoire, bénédiction et victoire !

Ah ! Comme c’est beau ! C’est une écriture parfaite. Que toutes vos prières, que vos cœurs pleins d’amour, pleins de pureté se répandent sur toute la terre. Que ce que nous écrivons sur le sol s’inscrive dans le ciel et bénisse tous les mondes. Que la terre se couvre de Lumière. Que le feu soit allumé dans la paix, l’harmonie, l’universalité, l’amitié. Que l’homme soit un serviteur du Père sur la terre. Que l’homme soit digne d’être un homme, un fils de Dieu et de la Mère, qu’il se lève et allume toutes les lumières dans tous les mondes pour que la terre soit bénie et guérie de l’homme, qu’elle soit notre futur ; que la vie ait un sens et que chacun de nous soit porteur d’une intelligence supérieure. »

Ce rituel marque la fin de l’été et le début de l’automne. C’est le lendemain que le feu sacré est allumé.

Le feu sacré

L’Archange Michael est celui qui porte l’épée des décisions, la balance de la conscience. C’est le temps des récoltes qui permettent d’affronter sereinement les périodes de disette.

« Tu récolteras ce que tu as semé » est une sagesse issue de son énergie qui s’applique aussi bien dans les pensées que les paroles et les actes. Oui, la destinée est engendrée par les fruits du passé qui entrent dans le présent afin de vivre et de modeler le futur à leur image.

Le feu de l’Archange Michael permet de consumer tout ce qui est faux et sombre et qui a été engendré dans l’année. C’est une opportunité.

Les hommes inconscients pensent que la vie s’écoule et qu’ils ne peuvent rien faire pour saisir le gouvernail de leur embarcation. Ils se laissent aller au gré du courant. Au contraire, les sages, les initiés savent que la nature de leurs pensées, de leurs paroles, de leurs actes détermine les rencontres et les événements.

La fête automnale de l’Archange Michael cache un grand secret : celui de la purification de tout ce qui est sombre et qui a été engendré dans l’année. Ainsi l’avenir se trouve nettoyé et peut être vierge pour une nouvelle semence, pour une autre vie.

Si donc pendant l’année nous avons nourri des pensées négatives, si nous avons commis des actes contraires à l’Enseignement de la Lumière et de l’amour, nous pouvons enlever la charge négative dans les mondes magiques par l’intermédiaire de la présence de l’Archange Michaël. C’est pour cette raison que les Esséniens allument un feu sacré qu’ils entretiennent durant quatre jours. Par l’élément sacré, l’énergie de l’Archange peut descendre et toucher la terre. C’est un moyen de se relier au feu intérieur, à la flamme sacrée pour purifier toute énergie stagnante et négative.

Les quatre bâtons

Au Québec, pour la première fois, les Esséniens ont fait la cérémonie d’allumer le feu de l’Archange Michael avec les “quatre bâtons des Piliers d’Archanges”.

En effet, dans la Nation Essénienne, quatre Prêtres sont consacrés chacun à un Archange en particulier et appelés “Pilier d’Archange”.

Dans les temples des Villages Esséniens, une pyramide sacrée est composée de quatre bâtons, un par Archange. Ces bâtons sont en bois de noisetier pour la France et en bois d’érable pour le Québec.

Pour donner encore plus de force à la Ronde des Archanges, les Esséniens ont associé ces quatre bâtons sacrés des Piliers d’Archanges à quatre grands Maîtres de la Tradition essénienne : Zoroastre pour Michael (Feu), Moïse pour Raphaël (Air), Peter Deunov pour Gabriel (Eau) et Mani pour Ouriel (Terre).

Cette transmission s’est déroulée lors d’une cérémonie, dans le cadre de l’Université d’été essénienne 2008 au Québec. Les Esséniens étaient assis en cercle autour d’un érable centenaire, honoré comme un arbre-maître sur les terres esséniennes.

Olivier Manitara et huit Prêtres entouraient l’érable : les quatre Piliers des Archanges portaient les bâtons sacrés en érable et les quatre autres prêtres portaient les bâtons en noisetier. Olivier Manitara parla à l’érable, appela son Ange et les quatre Maîtres pour leur demander leur accord et sceller une alliance avec les Esséniens.

Le Pilier du Feu invoqua alors l’Archange Michael et consacra son bâton à Zoroastre. Le Pilier de l’Air invoqua l’Archange Raphaël puis consacra son bâton à Moïse. Le Pilier de l’Eau invoqua Gabriel et consacra son bâton à Peter Deunov. Le Pilier de la Terre invoqua Ouriel et consacra son bâton à Mani.

Olivier Manitara scella alors l’alliance faite avec les quatre grands Maîtres et les bâtons sacrés des Archanges. Les bâtons en noisetier furent ramenés en Europe, où ils sont placés dans un temple du Village Essénien de France, et ceux en érable furent placés dans le temple du Village Essénien du Québec.

Chaque Pilier est maintenant lié avec un Maître qui a existé dans le passé et que les Esséniens font revivre à travers leur Tradition. Ainsi, tous les Enseignements de ces grands Maîtres sont avec eux et renforcent, dans l’invisible, la présence de la Lumière.

Allumer le feu sacré de l’Archange Michael avec ces quatre bâtons permit de montrer à l’Archange Michael que la Nation Essénienne s’organise, se structure, se renforce et constitue de plus en plus une structure solide pour porter le monde divin sur la terre à travers des hommes et des femmes consacrés à la Lumière.

Au Québec, le feu fut allumé avec la flamme du temple des Prêtres nouvellement formés. Cette flamme avait été entretenue durant six lunes. Ce fut une joie pour tous les Esséniens présents que d’accueillir ces nouveaux Prêtres consacrant leur vie pour servir le monde divin.

Présence du règne animal

Lors de la célébration en France, l’Archange Michaël avait demandé à Olivier Manitara de faire venir un animal dans le cercle, autour du feu sacré. Requête bien difficile à réaliser… Malgré toute sa volonté d’obéir à son Père, Olivier Manitara s’était résigné à ignorer cette demande lorsqu’un événement rarissime se produisit : un chat pénétra de son plein gré dans le cercle de méditants assemblés autour du feu de l’Archange. L’animal fit quelques fois le tour du brasier alors qu’Olivier Manitara prononçait une invocation à l’Archange. Sa mission accomplie, il repartit tranquillement.

Des aigles porteurs de messages

Le feu de l’Archange Michael qui va être veillé durant quatre jours est préparé selon un rituel précis par les Prêtres esséniens. Lors de la célébration en France, alors que le bois était préparé, 22 aigles ont survolé l’emplacement, tournoyant au-dessus de l’espace sacré.

Et une fois la célébration achevée, lorsque les Prêtres dispersaient les cendres pour les faire refroidir et les donner aux Esséniens, cinq aigles réapparurent dans le ciel bleu.

Dans la Tradition Essénienne, l’aigle est le symbole de la royauté, de la prêtrise et du monde divin. Leur présence n’était donc pas un hasard… Questionné à ce sujet, Olivier Manitara expliqua que les Esséniens du Québec accompagnaient de leur pensée la célébration de l’Archange Michael en France et au Gabon. Leurs prières, leurs souhaits, leur magie rayonnaient tellement fort que des aigles étaient venus porter leur message, leur bénédiction.

Les trois femmes en noir

Une visite inopportune

Au Québec, de façon inexplicable, l’Archange Michael ne venait pas dans le temple, ni même ne s’en approchait comme d’habitude. Le mystère s’éclaircit le vendredi soir lors d’un événement difficile : trois femmes vêtues de noir ont pénétré dans le Village et se sont rendues jusque dans le temple de l’Archange Michael pour le profaner.

Ce n’est que lorsque le Prêtre responsable de Michaël (que les Esséniens appellent “Pilier”) fut prévenu de leur présence qu’elles furent expulsées hors du temple et hors du Village Essénien. Elles proférèrent des malédictions à l’encontre du Pilier de Michaël. Suite à cet incident, le temple fut purifié et consacré de nouveau par un cercle de Prêtres.

Olivier Manitara expliqua dans sa conférence du lendemain matin que cet événement était déjà inscrit dans les mondes invisibles et devait s’accomplir. L’Archange Michael attendait que cela soit passé pour descendre dans le temple et ainsi préserver les Esséniens de ce qui aurait alors été une offense envers le monde divin. Et en effet, l’Archange Michael honora les Esséniens de sa présence le lendemain de l’incident.

Feu de l'Archange Michael

le Prêtre Pilier de l’Archange Michael

Voici un extrait de cette conférence un peu particulière :

« Trois jours avant la célébration, le Prêtre Pilier de l’Archange Michael avait vu trois araignées particulièrement laides cachées derrière des planches près du temple. Il les avait trouvées tellement monstrueuses qu’il y avait prêté attention. C’était en fait une écriture magique, un signe de ce qui allait arriver.

L’Archange Michael ne descendait pas dans le temple parce que ces trois araignées voulaient dire que trois femmes allaient venir.

La vie n’est pas du tout ce que les hommes pensent. Les araignées, les animaux, les arbres et même le vent sont reliés à un monde positif ou négatif. Toute créature est un médiateur, un instrument, un porteur de mondes qui l’entourent. Telle est la vision essénienne du monde. Oui, nous sommes “animistes”. L’univers entier est animiste, seul le monde de l’homme moderne n’est pas animiste.

“Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut” dit notre sagesse éternelle. Ces trois araignées monstrueuses étaient l’écriture “en bas” de ces trois spiritualistes vêtues de noir venues profaner le temple de l’Archange Michael dans l’inconscience totale, avec l’arrogance des hommes d’aujourd’hui.

L’Archange Michael savait tout cela, c’est pour ça qu’il n’est pas venu dans le temple. Il a attendu que ces trois spiritualistes rentrent dans le temple, que son Pilier (le Prêtre) les chasse d’ici. Nous avons dû les chasser car elles étaient irrespectueuses du monde divin. Nous ne les avons pas chassées méchamment mais elles n’avaient pas à entrer dans le temple sans autorisation.

Le problème de la folie est que l’on est convaincu. Ne vous est-il jamais arrivé d’être convaincu d’une chose qui n’était pas vraie ? Par exemple, vous étiez certain qu’une personne vous en voulait, était en colère contre vous. Finalement, vous alliez la voir et vous aperceviez que c’était totalement faux… C’est comme si vous vous sortiez d’un rêve.

Que l’esprit humain est faible parfois ! Il entre dans des mondes spirituels, invisibles, faits d’influences changeantes qui peuvent être de vrais filets d’oiseleurs. C’est ainsi que certains se mettent à croire qu’ils sont l’Archange Michael. Pour peu que certains se prosternent devant eux, alors ils perdent totalement le sens des réalités.

Il ne faut pas se leurrer : ces mondes invisibles d’influences existent et peuvent nous “attraper”très vite. Il est important de comprendre ces processus d’influences et d’incarnation. Il faut être vigilant et éveillé sans tomber dans un excès, sans tout observer comme un “signe”, un “danger” car alors on est dans l’excès inverse. Il faut trouver un équilibre, prendre l’équilibre comme base.

Nous avons enlevé toutes les influences invisibles que ces femmes avaient apportées, nous avons tout nettoyé et le Prêtre Pilier de l’Archange Michael est descendu. C’est magnifique, c’est une victoire, une splendeur de pouvoir encore une fois vivre en sa présence.

Si un jour vous voulez vraiment travailler pour le monde divin, méditez profondément ce que l’on a fait et essayez d’aller jusqu’au bout de notre Enseignement. Aller vers le monde divin nécessite une organisation humaine, une harmonie naturelle dans laquelle chacun est à sa place. Il faut des Prêtres, des Vestales puissants dans leur fonction. Car comme nous le montre cet évènement, le Prêtre a vu ces araignées et a fait sortir ces trois femmes vêtues de noir ; c’est grâce à lui que l’Archange Michael a finalement pu venir. »

Méditer avec l’Archange Michael

Avant de transmettre son enseignement oral lors de conférences, Olivier Manitara prend souvent le temps de guider dans une méditation ceux qui sont venus l’écouter. Ces moments d’intériorisation et de détente permettent aux gens de ressentir les hautes vibrations de la Tradition essénienne.

La pratique de la méditation est un fondement de la sagesse et de l’éducation esséniennes.

C’est bien plus qu’une pratique, c’est un véritable art de vivre essénien, une façon de vivre, d’être au quotidien. Pour un Essénien, la vie tout entière est une méditation, une observation, un éveil, une Lumière qui naît, grandit, se forme un corps dans la sagesse.

Voici l’une des méditations faites lors de la célébration de l’Archange Michael.  Elle possède la capacité de nous relier à l’Archange Michael, de nous faire entrer dans son énergie.

Feu de l'Archange Michael

En pratique :

Choisis un endroit calme et clair où tu pourras pratiquer ta méditation guidée sans être dérangé. Tu peux pratiquer quelques étirements si tu en ressens le besoin, avant de poser ton corps dans une position confortable qui favorise la détente et l’éveil.

« J’entre en communion silencieuse et profonde

avec ma Mère, celle qui me porte,

qui porte le poids de mon corps et de ma vie,

celle sur laquelle je m’appuie.

A chaque instant, elle est là et me soutient.

Elle me donne tout son amour et toute sa confiance.

En elle, je prends confiance en moi.

Je m’appuie, elle me libère de toute maladie,

de tout ce qui est sombre,

de tout ce qui est inutile comme souffrance,

comme épreuve.

La Mère la terre allège ma vie.

Je veux me poser sur elle en pleine conscience, en éveil, mon cœur ouvert.

Je veux que mes pieds soient les pieds de la bonté,

les pieds de la douceur.

Je me tiens dans mon être intérieur,

dans le plus pur de ce que je suis,

dans le plus noble, dans le plus droit.

Je veux être conscient

pour que ma Mère soit dans la Lumière, dans l’amour, dans la reconnaissance de sa fille, de son fils.

Tout mon être est dans la droiture,

tout mon être est dans l’éveil.

Je perçois la vie à travers le silence omniprésent.

Par la droiture de mon corps,

j’invite tous les êtres qui ont médité, qui ont prié.

Je veux m’élever par ma pensée consciente

au-dessus du monde, de la terre.

Je veux m’élever au-dessus de moi-même

et traverser le toit pour percevoir le ciel, le paysage.

Par ma pensée, je veux m’élever

au-dessus de tout nuage et voir le ciel bleu et le soleil.

Je traverse le ciel bleu et contemple la lune, les étoiles. Je veux entrer dans le plus haut,

afin que ma pensée puisse s’élever

dans le monde de l’origine de tout,

dans le monde de l’unité,

de la perfection et de la source.

Je veux percevoir le soleil caché de tous les soleils,

l’origine de toute Lumière, de toute pensée,

l’origine première de toute existence,

là où tous les êtres sont un,

où tous sont avec la source première.

Je veux me tenir dans la Lumière

et dans la vie originelle.

Origine de ma pensée, origine de mon cœur,

de ma vie et de ma volonté, origine de mon corps,

de mon être, de mon chemin de destinée

comme origine de toute pensée dans tous les êtres,

de tout cœur dans tous les êtres,

de toute vie dans tous les êtres,

de tout corps et de tout chemin de destinée

dans tous les êtres.

Je veux être conscient de ce rayon

de mon être unique au monde.

Je suis un être unique dans l’univers.

Je viens de la source unique.

Tous les êtres dans tous les mondes

sont mon frère, ma sœur.

Je peux rencontrer chaque être dans la Lumière.

Je veux être la bénédiction du soleil.

Je veux être un rayon conscient du soleil

jusque dans mes pieds.

Je pense, j’imagine, je perçois le rayon du soleil,

le rayon de Lumière diamant

de mon être éternel et de tous les êtres.

Il emplit ma pensée,

il emplit le sanctuaire de ma tête.

C’est la Lumière de l’intelligence et du savoir

qui chasse toute obscurité du monde.

Il emplit le sanctuaire de mon cœur.

C’est l’amour libre de peur

qui délivre toutes les peurs, de toutes les craintes.

C’est l’amour triomphant dans mon cœur

et dans tous les cœurs.

Alors toute peur s’enfuit du monde.

Le rayon de Lumière du Soleil des soleils

descend jusque dans mon ventre.

Alors c’est la vie qui se renouvelle sans cesse

et qui donne la vie à toutes les créatures.

C’est la vie divine qui ressuscite chaque chose

et qui ouvre le chemin de la destinée belle et pure, utile et grande.

Le rayon du soleil, la bénédiction,

descend jusque dans mes pieds, jusque dans la Mère. Je veux que ma vie ait un sens.

Je veux que ma vie soit belle et utile

pour toutes les créatures du monde,

pour qu’aucun être ne soit perdu.

Je veux être le sourire, je veux être la parole,

je veux être le regard de l’intelligence,

de la bonté et de l’acte juste.

Je veux que toutes mes cellules,

tous les organes de mon corps

soient dans la grande harmonie du cosmos,

dans la grande harmonie et dans la paix.

Je veux poser sur mes épaules

le manteau bleu de Gabriel,

le manteau de la paix et de l’invisibilité

afin que rien de ce qui est sombre ne puisse me voir,

ne puisse voir mon trésor, ma flamme, mon cœur,

mon intelligence mais que tout cela soit caché

au monde sombre, au monde avide,

au monde du voleur,

de celui qui veut tout prendre pour ne rien donner.

Je suis là, un fidèle de mon Père,

le Soleil de tous les soleils, la Source des sources,

l’origine de toute vie.

Je veux penser à mon Père et l’honorer,

je veux penser à ma Mère.

Ainsi je me tiens dans mon être sur la terre,

droit, éveillé, clair, appelant toutes les forces

de la Lumière qui ont créé le corps et la terre

pour vivre avec moi dans cette vie et dans ce chemin. Je ne suis pas le corps

et je ne suis pas le monde créé autour du corps.

Je suis le Soleil des soleils,

je suis l’intelligence des mondes,

je suis le cœur ardent de l’amour,

de l’harmonie universelle.

Je suis la vie qui se renouvelle

et qui donne la vie à ce corps

et qui donne la vie à cette destinée.

Je suis un avec l’origine première de toute chose,

je m’éveille en cela et j’entre dans ce corps

comme dans ma maison, comme dans mon royaume

pour l’animer, pour le conduire vers la perfection.

Je suis le sage et le guide

du royaume de toutes ces cellules,

de ce monde entier.

J’apporte une économie, un bonheur à ce corps

pour qu’il vive dans la joie et dans l’accomplissement

et je le conduis jusqu’au but ultime

de la renaissance et de la perfection.

Je me tiens ainsi assis sur ma Mère,

bénissant toutes les créatures de la terre,

offrant le pain de vie, la parole de réconfort,

la Lumière et la douceur à tous les mondes.

Je suis un Essénien fidèle à la Lumière,

rayon du soleil incarné sur la terre. »

MICHAËL ET LES ESSÉNIENS

shirn-envol-archange-michael

Paroles de L’Archange Michael

La vraie nature du Feu

Quelle joie et quel bonheur que de travailler en union avec l’Archange Michael lors de la période magique de sa fête sur la Terre. Pendant ces quatre jours, nous constituions réellement un village essénien et nous étions en communion avec le Divin présent au milieu de nous. C’est dans de telles occasions que la vie prend tout son sens, sa beauté, sa dimension. Vraiment, il n’y a rien de plus enrichissant que de constituer un cercle de lumière sur la Terre. Depuis la plus haute antiquité, des hommes sincères ont honoré la présence divine à travers les quatre saisons de l’année et c’est pour toute la nature une véritable réjouissance de voir que l’antique tradition se perpétue et que les Enfants de la Lumière célèbrent encore ces jours grandioses et précieux.

Notre Père, l’Archange Michael est le Feu de l’amour, la Lumière de l’intelligence et aussi l’Energie de la purification et la Flamme de la transformation. Mais avant toute chose, il est le Feu de l’amour.

Alors, que la Nation Essénienne soit à son image un feu de l’amour emplissant tous les êtres, non pas pour les modeler suivant une volonté déterminée, mais un feu impersonnel vivant dans le cœur de tous les élèves, grand, large et puissant dans nos convictions de joie et de bonheur. Evadons-nous du royaume de la mesquinerie, brisons les chaînes de nos petites pensées, de nos peurs de manquer, de nos craintes d’être. Soyons tout simplement aimant, mais non pas avec une petite partie de nous-mêmes, aimant d’une façon abstraite ; non, aimons le tout avec le tout, aimons tous les aspects dans toutes les formes, les couleurs, les odeurs, les sons…

L’Archange Michael s’unit de plus en plus avec notre Ecole Essénienne, alors accueillons-le consciemment avec tout ce qu’il aime : l’amour authentique, l’amour enflammé, vivant, empli de sagesse et d’intelligence divine. C’est un processus d’harmonisation progressive entre notre Ecole et le monde divin. Il nous faut maintenant marcher collectivement vers la nouvelle vie. Soyons emplis d’amour et sachons l’offrir, le rayonner, le partager, le faire fructifier. Ne cherchons pas à donner à l’autre ce que nous voudrions qu’il reçoive. Donnons pour qu’il soit heureux, mais donnons avec mesure, gardons dans l’enceinte de la Nation Essénienne, protégée par le mystère et le sceau du silence, la source du Feu, de l’intelligence, de l’amour.

Cette protection de la source dans le secret du temple intérieur est la clé de la force véritable dans la vie.

L’Archange Michael a allumé le Feu d’un nouvel amour

L’Archange Michael a béni notre Nation et notre travail, et il a allumé le Feu d’un nouvel amour. C’est à nous de l’accueillir dans notre quotidien. Il suffit de prendre conscience que c’est l’ancien amour qui est à l’origine de toutes nos peines. Il est un feu empli d’illusions, de mensonges et de semences de souffrances. Le Père nous a donné une nouvelle semence et, pour la connaître et la goûter, nous devons d’abord la faire fleurir en nous, dans la bonne terre de notre communauté. Nous devons prendre notre vie en main et l’organiser pour que le nouvel amour puisse y prendre sa place et s’y développer. Si nous n’appliquons pas ce nouvel amour, nous ne pourrons pas allumer la Flamme de vie divine que le Père offre à notre Peuple dans l’Alliance.

Cette flamme est le grand remède à tous les maux que connaissent l’Humanité et la Terre. Elle possède le pouvoir de tout éclaircir et guérir.

Elle est :

  • flamme de l’intelligence vraie,
  • flamme de l’éveil des sens internes en Dieu,
  •  flamme de la force créatrice en harmonie cosmique.

Elle est la porte de la nouvelle vie, la vie dans l’immortalité de l’âme, c’est-à-dire dans un perpétuel perfectionnement et dans une ascension consciente et sans limite. L’immortalité n’est pas statique, elle ne se trouve pas dans les tombeaux. Aucun tombeau, fût-ce une pyramide, n’est immortel. La vie éternelle pour l’homme se trouve dans une continuelle ascension vers tout ce qui est beau et élevé dans le monde.

Il est triste de constater que sur toute la Terre les humains s’appliquent dans leur ignorance à cultiver et à répandre le feu de la querelle de tous contre tous. Ils tournent leur regard vers l’imparfait et s’ingénuent à l’augmenter.

L’imperfection est dans chaque chose car c’est la condition de la vie sur Terre. C’est le feu de la mort.

Pour éveiller le Feu de vie, il faut se concentrer sur la graine de perfection qui aspire à grandir. Si tu te concentres sur le cercle de la Nation Essénienne, le Feu de la joie doit s’allumer en toi et te réconforter. Elle est pour chacun un refuge, une forteresse, un trésor, un temple inviolable de la beauté. Que cette enceinte ne soit jamais envahie par la méchanceté, la bêtise, la violence, le feu de la querelle destructrice… Peu nous importe ce que l’humanité veut, après tout, chacun est libre dans son choix. En tout cas, nous, nous voulons être libres mais en accord avec le Père.

Que notre choix soit de créer un espace sacré et pur dans lequel le Feu de l’amour peut venir vivre et enseigner.

Que la joie rayonne sur nos visages, que le sourire du soleil crépite dans nos yeux, que le Feu de l’amour réchauffe nos cœurs et que nos bras soient ouverts pour embrasser et soulager tous les êtres.

Lorsque nous nous embrassons, que nous nous prenons dans les bras, cœur contre cœur, l’un contre l’autre dans la simplicité, alors enveloppons-nous dans la force de l’amour comme si nous-mêmes nous nous mettions dans les bras de notre Mère aimante et protectrice.
En entourant l’autre de tes bras, en le serrant contre ton cœur, place-toi toi-même dans les bras de la Mère du monde. Ainsi tu mettras en œuvre l’Enseignement :

« Ce que tu fais à l’autre, c’est aussi à toi que tu le fais. »

Pour accueillir le don de la Flamme de vie

A travers la célébration-fête de l’Archange Michael nous rendons hommage au Père de tous les Pères-Mères et au don de la Flamme de vie qu’il nous fait. Reconnaître un don, s’éveiller en lui, c’est le recevoir d’une façon juste. Recevoir, c’est acquérir le pouvoir de donner à son tour. Donner, c’est être utile, c’est trouver le chemin de la coopération avec le Père et avec son Ecole.

De la Flamme de vie émane la Lumière qui éclaire, la chaleur qui réconforte, la puissance qui engendre le devenir ! Que fait l’homme avec ce don ? C’est la question que l’on doit se poser devant le Feu de la Saint Michael. L’homme doit se poser cette question avec force et d’une façon concrète afin de se remettre en question et de redresser ce qui en lui n’est pas droit.
Le Feu nous parle d’une vie qui se renouvelle à chaque instant, mais aussi d’un royaume qui n’est pas de ce monde et qui se nourrit d’éternité.

A travers cet acte magique de célébrer le Feu divin au cœur de tout, nous reconnaissons et honorons « la Lumière qui sait et la Force qui réalise ».

L’Archange Michael est l’intelligence cosmique qui vit à travers tout ce qui est étincelant : les étoiles, les soleils, les créatures qui ont des yeux ou qui sont animées par la Flamme de vie et son aspiration à l’unification. Cette célébration-fête sera placée sous le sceau magique des serviteurs de la flamme afin qu’un nombre croissant d’humains s’éveillent et se mettent à l’œuvre d’une façon positive et en accord avec l’intelligence de la nature vivante.

Celui qui s’approche du Feu s’approche du Père et trouve la voie royale

S’approcher du Feu avec conscience et respect, c’est s’approcher du royaume du Père en soi et dans le monde ; c’est aussi voir et connaître avec clarté « l’autre royaume », celui des puissances séductrices, destructrices et leur feu qui éveille la colère, la décomposition, le désespoir, la lumière trompeuse et qui conduit à la mort.

L’éveil ne peut être complet que par le discernement de ces deux Feux en soi et autour de soi. Lorsque le discernement est présent, alors le chemin s’ouvre. C’est un chemin de liberté et donc de choix individuel, de force intérieure. Le Feu divin est un chemin vers tout ce qui est noble, éternel, beau, grand, riche, vrai dans l’homme. Les anciens l’ont appelé : la voie royale et sacerdotale.

L’Ordre de Melchisédech

Cette voie, qui a aussi été appelée Ordre de Melchisédech, repose sur la vénération de la Flamme de vie et sur la connaissance des deux Feux : le feu de la décomposition et le Feu divin qui est la plénitude de l’amour, de la paix, de la douceur. Le feu de la décomposition est encore appelé colère de Dieu ou feu de l’enfer. C’est un feu de guerre, un feu de destruction. Il n’est pas négatif par lui-même car il participe à l’œuvre de la nature, mais l’homme qui s’en approche doit être extrêmement vigilant car il y a en lui toutes sortes de ferments et d’émanations toxiques. Celui qui utilise ce feu doit être bien préparé, conscient, attentif, et maître de ses actes et de ses pensées. Avec ce feu, on peut faire fondre des métaux et consumer des résistances. Mais on peut aussi se consumer et se détruire soi-même.

La Nation Essénienne est fondée sur la reconnaissance et l’adoration du don du Père à travers la Flamme de vie. En cela, nous goûtons, vivons et mettons en œuvre l’amour.

Par le Feu de l’amour et la Lumière du savoir divin, nous appelons les êtres supérieurs à venir partager nos vies et à nous accompagner dans nos activités.

L’autre feu est celui de la correction. Il peut éventuellement aider les hommes à s’éveiller par la souffrance, mais alors ce n’est pas le monde divin qui agit directement.

Le Feu nous parle d’embrasement sacré, de plénitude, de perfection, mais il nous indique également le chemin de la transformation et de la sublimation de soi.

Le chemin vers le Feu nous relie au soleil et à travers lui au Soleil de tous les soleils. Il nous relie également à la Lumière d’intelligence, à la Chaleur d’amour, à la Force de l’esprit. Ainsi, nous pouvons comprendre et saisir dans la pureté ce qui est caché derrière l’homme et derrière toutes les impulsions initiatiques qui ont constitué les peuples, les cultures, les courants de vie.

Il y a le feu à l’extérieur qui exalte l’homme, mais aussi fait naître en lui une crainte. Il y a le Feu à l’intérieur de l’homme qui est le fondement de son énergie, de sa vie, de ses sens, de la nature de ses pensées.
Il y a un Feu subtil, éthérique autour de l’homme qui nourrit l’intériorité de l’homme et à travers cela qui est destiné à nourrir et à former le corps de la présence divine. C’est un ancien savoir :

Dieu vit dans le Feu. Dieu se nourrit de Lumière.

La nature du Feu et des êtres qui nous entourent

Lorsque le Père vit en l’homme, cela jaillit autour de lui comme des Flammes de vie. C’est le secret du buisson ardent et de l’arbre de vie. Le Feu coule à travers les mains, les yeux, le visage, la parole, les gestes de l’homme illuminé par la présence magique. Ainsi le Feu divin peut consumer tout ce qui est faux, trompeur, tentateur, malade.

Par contre, si c’est le feu de la décomposition qui s’allume en l’homme, alors celui-ci est consumé par l’avidité, le mécontentement, la peur, la pensée opaque, inconsciente.

L’homme n’est pas le créateur de sa vie, de ses pensées, ni même de son corps

L’homme pense que c’est lui qui parle, mais en réalité il ne fait qu’exprimer à travers son verbe ce qui vit en lui et autour de lui dans des mondes ardents et subtils. La parole peut être animée par une Flamme de vie ou par un feu de mort. Ainsi l’homme met en mouvement par ses actes un monde qui vit en lui et autour de lui. Le plus souvent, il en est totalement inconscient et c’est pourquoi on peut dire qu’il est vécu.

Le Feu divin en l’homme est caché dans le Je. Le Je est une goutte ardente de Feu. En te concentrant sur le Je, en le pensant, en le sentant, en le vivant dans l’instant présent, en l’éveillant en toi consciemment, tu peux découvrir qui tu es et avec quoi tu es en harmonie. Beaucoup de choses, de paroles, d’actes, d’entreprises, d’habitudes que tu vis quotidiennement ne viennent pas de ton Je, mais te sont inspirés par des êtres et des forces qui vivent autour de toi à ton insu.

La clé qu’il faut méditer est que l’homme dans son essence et dans sa vie sur Terre n’est rien d’autre qu’un instrument qui réalise des objectifs divins ou pas. Ainsi, il ne s’agit pas de penser par soi-même pour être libre, mais de savoir exactement avec qui on s’associe et les buts de qui on veut réaliser dans la vie. Cela détermine la nature du feu et des êtres qui nous entourent et animent nos corps subtils.

A notre époque, l’homme est d’autant plus faible qu’il a abandonné ses corps subtils pour ne devenir conscient que de son corps physique. Cela l’a livré pieds et mains liés à toutes sortes de forces qui peuvent agir en lui et autour de lui à son insu.

Celui qui aspire à se ressaisir doit méditer sur le chemin du Feu et sur le message du Feu. La pensée, les sens, l’agir sont un feu dans l’homme. De même qu’il y a un corps physique que l’on peut mettre en mouvement pour réaliser un grand nombre de merveilles, il existe un corps de pensée qui est aussi réel et consistant dans un monde plus fin. Ce corps qui vit à l’intérieur de l’homme est une nourriture pour ce qui est caché dans l’homme : la présence du Feu divin. Si cette nourriture n’est pas appropriée, alors ce n’est pas le Divin qui est appelé et formé ; c’est un autre feu, une autre intelligence, un autre monde.
Je te parle là, de cœur à cœur, d’une sagesse secrète, initiatique très élevée. Bien sûr, cette sagesse a ses exigences : elle parle par elle-même comme la vérité. Si tu comprends un fragment de cette sagesse, tu t’éveilleras en la nécessité du champ de vie de la Nation Essénienne et aussi en celui de célébrer le Feu de la Saint-Michaël avec pureté, droiture et hommage. Ainsi tu t’unis avec ce qui est divin en toi et autour de toi. Cela doit être un acte conscient, pur, sain, naturel, authentique.

shin-archange-michael

Percevoir le monde derrière les pensées

Il te faut percevoir par toi-même qu’il existe autour de toi des formes subtiles qui sont habitées par des êtres vivants et conscients. Il y a un monde derrière tes pensées. C’est ce monde qui modèle ta vie intérieure et par conséquence ta vie extérieure. Ces êtres amènent en toi l’humeur, la chance, la guérison, l’harmonie ou la maladie, la dysharmonie. Ils cherchent à nourrir ce qui leur correspond et va dans leur sens.

Le corps ne fait pas autrement : lui aussi cherche nourriture et prospérité. S’il habite dans une région où il n’y a plus de nourriture, alors il va ailleurs.

Il te faut devenir conscient de ces secrets et les appliquer pour nourrir en toi la Flamme de l’être véritable éternel. Si tu veux savoir qui vit à travers toi, il te suffit de regarder tes paroles, tes actes, tes gestes, tes buts, tes activités, tes états d’âme, tes pensées…

Ce sont là les reflets de mondes subtils, tout aussi réels et vivants que les mondes physiques. Celui qui nourrit en lui la lumière opaque de la destruction sera sous l’emprise du moi éphémère qui lui fera croire que seule la vie de son corps est réelle.

Celui qui s’approche de l’étincelle ardente au cœur du Je sacré percevra dans la douceur son origine divine, son âme immortelle, sa conscience innée. Le Feu du savoir vivant lui rappellera ses expériences passées, ses autres vies, sa vie universelle en harmonie avec toutes les formes d’existence. Cela sera des souvenirs fugaces comme les flammèches qui virevoltent un instant autour des flammes avant de s’élancer vers les étoiles.

Il est un savoir qui ne s’apprend pas, mais qui parle de lui-même de l’intérieur. C’est le Feu de la Terre, l’énergie de la conscience claire.

Alors, allumons le Feu et célébrons le Père de la Flamme de vie avec joie et beauté afin que le Feu divin vive en chacun de nous et dans le Peuple Essénien.

Ainsi, nous développerons nos dons et capacités.

Trouvons la Flamme de vie en nous et ne doutons jamais d’elle.

Avec elle, le monde s’emplit de couleurs et d’espoir. Sans elle, tout s’éteint.

shirn-envol-archange-michael

Première parole de l’Archange Michael

L’énergie d’un but grandiose

Dans ta vie, il te faut un but. Il faut que ta vie soit consacrée dans une orientation divine.

Diriger sa vie vers un objectif, c’est la porte de l’immortalité. C’est le secret d’une vie pleine et accomplie.
Celui qui n’a pas de but n’a pas de Lumière, pas de ciel au-dessus de sa tête, pas d’horizon devant lui.

Regarde le peuple des fourmis et prends-le pour modèle de ta vie. Une simple fourmi peut se trouver devant un élément cinq fois plus grand qu’elle. Elle ne va pas se poser la question de savoir s’il est trop lourd, trop gros, ou si elle peut le porter. Le seul objectif qu’elle a est de le ramener là où elle vit. C’est son but. Alors elle prend cet élément et le porte, quels que soient les efforts qu’elle doive faire. Elle ne se pose pas de question, ne calcule pas. Elle prend cet élément et le ramène.

Ce n’est pas uniquement son corps et sa force qui portent cet élément. C’est aussi l’énergie du but qu’elle poursuit.
Si cette fourmi est seule et qu’elle peine à sa tâche, d’autres verront le travail qu’elle accomplit. Alors elles viendront l’aider. Il y a en cela une magie propre aux fourmis.

Vous, les hommes, vous réfléchissez trop avant de commencer à poser le premier pas d’une réalisation concrète. Vous analysez la dureté, la difficulté, les efforts que cela demandera, la rentabilité et finalement, vous êtes déjà fatigués avant de commencer. C’est une évidence : l’homme calcule trop alors qu’il devrait uniquement être au service de son but et mettre son être et son corps dans l’accomplissement du travail.

Soyez comme la fourmi, ayez un but grandiose et, sans réfléchir outre mesure, commencez l’œuvre de la Lumière. Car n’est-ce pas ce que vous demandez dans vos prières, lorsque vous essayez d’entrer en communion avec le monde divin ?

Si vous ne regardez pas l’effort que vous devez faire pour réaliser votre œuvre de lumière, non seulement vous y arriverez, mais d’autres viendront vous aider.

Porter un but dans la Lumière, c’est être à son tour porté par la Lumière.

Telle est ma parole pour cette Nation.

Rappelle-toi : aie un objectif, une raison de vivre plus grande que toi. Si tu engages tout ton être, toutes les forces, tout ce qui t’a été donné pour la réalisation de ce but, tu découvriras le sens de la vie.
C’est le chemin de l’immortalité. Dirige et engage tout ton être vers cela.

Septembre 2006, en terre cathare, Sud de la France.
shirn-envol-archange-michael

Deuxième parole de l’archange michael

Les 2 visages de l’homme

La vie et la mort

L’homme a deux visages. L’homme est placé entre deux mondes : celui de la mort et celui de la vie. Pour l’homme, la vie est liée à la mort et la mort à la vie. L’homme ne peut pas faire autrement que de vivre entre ces deux mondes.

Pour lui, la vie n’a de sens que si la mort existe.

L’homme se tourne naturellement vers la mort parce qu’il veut toucher, voir, vivre dans le corps et pour le corps. Souvent il ne pense qu’à réaliser des œuvres uniquement dans le plan physique, non pas parce qu’il est égoïste, mais parce qu’il veut équilibrer la vie de son âme par les sens liés à la matière. En réalité, ce qu’il voit devant lui est le visage de la mort.

Le monde divin est la partie vivante de l’homme. Pour ce monde, l’essentiel est l’intensité et la force créatrice que l’homme peut engendrer alors qu’il est associé avec lui en pleine conscience.

Tout ce qui apparaît dans le monde de l’homme vient d’un autre monde, du monde de l’esprit.

Mais lorsqu’une chose apparaît dans ce monde, c’est qu’elle est déjà morte. Il ne peut en être autrement car la mort a besoin d’avoir une matière comme nourriture, à l’image d’un fruit qui, ayant terminé son évolution, se transforme en terre pour redonner la vie. Une fois que l’homme a engendré une œuvre, elle n’est destinée qu’à la mort pour de nouveau recréer la vie.

Suivant cette loi, que l’homme soit conscient que tout ce qu’il met en œuvre, ses aspirations, ses pensées divines, constituent la partie divine de sa vie. C’est cette partie seulement qui restera éternellement de vie en vie pour son évolution, pour son retour vers le Père.

Homme, ne donne pas beaucoup d’importance à ce que tu vois sur le plan physique. Place la vie où elle doit l’être. Ainsi tu engendreras la grande vie, et tu ne vivifieras pas le visage de la mort. Tu mettras la vie dans l’œuvre que tu engendres. Celui qui a réalisé cela mettra toute sa force, toute sa vie intérieure dans la réalisation. Et ce qui se réalisera à l’intérieur de lui sera la partie divine.

Alors, sois conscient de cette grande loi et œuvre avec l’Alliance de Lumière des guides et protecteurs de la Nation Essénienne.

Ce sont eux qui peuvent le plus t’aider en t’ouvrant le chemin le plus large de la vie supérieure. Ainsi, tu goûteras sur la terre le meilleur fruit, avec les meilleurs couleurs, les meilleures formes et ta vie sera apaisée.

Mais sache encore, que tout ceci n’est qu’un des visages de la mort. Cherche l’autre visage et unis-toi à lui. Il est au-delà des apparences, il est beaucoup plus grand que le corps et que les œuvres, les pensées et les aspirations nées du corps. En vérité, il est le chemin de la résurrection et de la vie.

Septembre 2006, en terre cathare, Sud de la France.
shirn-envol-archange-michael

Troisième parole de l’archange michael

Sois un pilier du monde divin

Ne crois pas en la Lumière. N’espère pas en la Lumière. Sois la Lumière.

Ne sois pas chaud, puis froid. Sois constant, fidèle et vrai. Incarne la Lumière sur la Terre. Rends-la vivante dans le monde des hommes. Aie confiance en ce que tu sais, puis sois déterminé une fois pour toutes.

N’attends pas que ce soit les autres qui ouvrent le chemin de la Lumière. Tu sais que ce chemin existe, tu as donc la responsabilité de l’amener sur la Terre. Arrête le doute et l’incertitude : ne place pas le monde divin dans la faiblesse.

Tu as prié, tu as été vers la Lumière, tu as demandé l’ouverture des portes du monde sacré… Aujourd’hui, n’est-il pas juste d’honorer et de glorifier par ta vie et tes actes ce que tu as reçu de ton Père.

Ne sois pas un enfant ingrat qui pense que tout dans la vie lui est dû.

Ne stagne pas éternellement au stade du doute. Ne te satisfais pas non plus d’un vague espoir. Sois sûr de l’authenticité de ta vie, de ce qui vit au plus profond de la vie. Dieu est la vie, alors mets ta vie en mouvement pour réaliser une œuvre grandiose, une œuvre pour ton Père.

Sois un pilier du monde divin. Dans ta terre intérieure, ne cultive que ce que la vie divine t’a offert : la possibilité d’être un représentant, un visage, une parole, un corps de manifestation du monde divin.

Les tièdes n’ont pas leur place dans l’Ecole de la Sagesse. Seuls ceux qui ont vécu le Mystère de la Lumière jusqu’à l’intégrer peuvent parler et agir au nom de la présence divine. Les autres doivent se taire et apprendre, jusqu’à devenir des sages. Alors ne sois plus dans le doute, mais marche avec ardeur vers la Sagesse.

Si tu es vivant, c’est que Dieu existe. S’Il t’a ouvert les portes de la Lumière, tu n’as pas d’autre solution que d’aider à la réalisation de Son Enseignement sur la Terre, que de faire de ta vie une œuvre divine et utile. Une telle vie apportera quelque chose de nouveau et conduira toutes les civilisations des hommes vers une lumière plus haute. Cela pour les hommes, mais aussi pour les pierres, les plantes, les animaux, en participation avec les Maîtres, les Anges, les Archanges et les Dieux.

Alors, n’attends pas qu’un autre féconde ta vie et fasse le travail à ta place, mais lève-toi et engage-toi puissamment dans les œuvres de la Lumière.

Si tu remets sans arrêt en question celui qui t’a donné la vie, tu places dans la faiblesse celui qui est ta lumière, ton espoir et ton amour. Pourtant, sache qu’il en est un que tu ne remettras pas en question, et quand il viendra te chercher sans te montrer son vrai visage il sera trop tard pour toi. Alors le doute ne sera plus pour toi une faiblesse car tu seras plongé dans le monde pour lequel tu as vécu.

Septembre 2006, en terre cathare, Sud de la France.
shirn-envol-archange-michael

Quatrième parole de l’archange michael

La flamme de la pensée vivante

Dans le passé, les Ecoles des Mystères et de la Sagesse ont enseigné la connaissance vivante des trois centres dans l’homme : celui de la pensée, du ressenti et de la volonté.

Tous ont montré la nécessité de développer ces trois centres dans l’harmonie. Ce savoir est authentique car il est fondé sur des lois sacrées et éternelles. Mais aujourd’hui, ce qui est demandé aux élèves de cette Ecole et aux porteurs de la Nation Essénienne, c’est de développer en premier le centre de la pensée, avant de descendre dans les centres du ressenti et de la volonté.

Dans la pensée, c’est le vrai savoir qui doit être cultivé, celui qui allume la Flamme de l’intelligence et qui apporte la vie. Il ne s’agit pas d’acquérir le savoir uniquement intellectuel, mort, éteint que l’on peut trouver partout, mais le savoir essentiel qui révèle ce qu’est la Lumière et ce qu’est la non-lumière.

L’homme doit savoir d’où viennent les choses qui s’approchent de lui, par qui elles sont engendrées et dans quel but. Si l’homme n’est pas capable d’acquérir ce discernement et de faire cette analyse dans sa pensée vivante, ce n’est pas la peine qu’il aille chercher plus loin et s’efforce de développer en lui d’autres centres, même spirituels.

Lorsque la pensée est éveillée dans la Lumière, l’homme peut vivre d’une façon juste. Il peut faire descendre cette Lumière jusque dans son ressenti, jusque dans sa volonté et apporter dans la réalisation terrestre une force et l’énergie d’une magie pure, sacrée, divine. Alors l’homme gagne une assurance, une certitude et il peut chasser loin de lui le doute et l’incertitude. Il peut poser tous ses pas sur la Terre avec justice et clarté. Il peut devenir un créateur divin, un constructeur. Que les élèves de cette Ecole ne justifient pas leurs erreurs sous le prétexte qu’ils sont ignorants. Ils doivent acquérir le savoir divin sans tarder. Pour cela, qu’ils étudient les textes sacrés, qu’ils les méditent, qu’ils les portent en eux jusqu’à en faire une nourriture pour leur âme.

Ils auront le signe que le savoir s’allume en eux quand ils expérimenteront à travers une simple parole que tout un monde s’ouvre à eux et met en évidence la Lumière, à l’image d’un homme qui se tient au sommet d’une montagne, pouvant contempler toute la vallée. Alors ils seront emplis, ils entreront dans la grandeur de la Lumière, ils goûteront la Lumière, ils l’entendront, la sentiront et entreront dans l’immensité de la Lumière.

Tant que tu n’as pas acquis le savoir divin qui éclaire, réconforte et donne fière assurance, travaille, renforce-toi et allume la flamme de l’intelligence et du discernement dans ta pensée.

Septembre 2006, en terre cathare, Sud de la France.
shirn-envol-archange-michael

Cinquième parole de l’archange michael

va vers l’éternité

Un homme vit dans une maison et il ne peut voir que les murs. Beaucoup d’hommes ont cette vision de leur vie, ils ne perçoivent que ce qu’il y a autour d’eux, leurs sens sont prisonniers des apparences.

Un élève doit développer la capacité de dépasser ses propres limites et de s’orienter vers l’infini, l’éternel dans ses aspirations, ses prières et ses objectifs. Il doit unir sa pensée, ses souhaits, ses sens à l’éternité, à l’absolu, à la plénitude. Il doit connaître cette loi et l’appliquer sans la limiter à ses perceptions et ses objectifs car ses vœux ne se réaliseront que dans les limites de ses propres aspirations.

Les idées que l’homme attire vers lui par sa pensée créatrice et sa force intérieure seront un jour réalisées. L’homme finit toujours par habiter dans la maison de sa pensée qui de subtile et d’impalpable devient concrète autour de lui.

Sache que tous tes souhaits seront réalisés tôt ou tard, mais que gagneras-tu réellement si cela te limite et t’enferme ? Tu changeras simplement de maison, mais tu verras autour de toi d’autres murs. En plaçant l’éternel dans tes pensées, dans tes souhaits, ta vie se renouvellera sans cesse et tu auras toujours un élément plus grand qui viendra t’éveiller, te féconder et te conduire en avant.

Ne pense pas qu’avec ton corps, mais apprends à libérer ta pensée et à la fusionner avec le sans limite. Développe tes sens subtils dans la pensée qui te permettront de sentir, de percevoir les atmosphères tout autour de toi et aussi dans les êtres et les choses, dans les ambiances qui t’entourent. C’est l’image d’un homme qui rencontre un autre homme, ou un arbre, un animal, un être qui n’a pas forcément la même forme d’existence que lui. Il cherche naturellement à développer des organes de communication pour percevoir à travers l’atmosphère le message de cet être.

Fais de même dans ta vie, apprends à être large, fin, subtil, éthéré, mais toujours avec la concentration, la vigilance, la force stable de la présence de la Lumière qui est la structure éternelle de l’homme dans la vérité.

Alors tu construiras une nouvelle vie dans ta vie. Alors tu pourras vivre dans la maison de la Terre tout en sachant qu’elle est liée à l’univers.

Va vers l’éternité et tu rencontreras les êtres qui vivent dans l’éternité. Si tu vas vers ton corps, tu rencontreras les êtres qui vivent dans le corps et seulement autour du corps.

Septembre 2006, en terre cathare, Sud de la France.
shirn-envol-archange-michael

L’Archange MichaEl est l’œil de Dieu

L’Archange Michael est la Lumière de la conscience et de l’intelligence dans l’homme.

Il apporte la sagesse dans la vie intérieure de l’homme. Cette sagesse est cachée dans l’œil, dans la façon de regarder. Si l’homme regarde le monde en y projetant ses propres illusions et limitations, il trouvera tôt ou tard un poteau devant lui. Ce poteau est sa propre limitation, la synthèse de ses illusions, de ses croyances erronées, de ses conceptions limitatives. Celles-ci sont des sphères spirituelles qui vivent autour de l’homme et le maintiennent dans le royaume de la mort. Et que l’homme soit un matérialiste ou un spiritualiste ne fait aucune différence : ces sphères sont autour de lui et le limitent. C’est ce que la science initiatique appelle « le dragon ». Ce dragon vit dans l’homme, mais aussi autour de lui, dans son regard.

Celui qui s’associe avec l’Archange Michael reçoit la capacité d’ouvrir sa vision intérieure et d’être libéré de l’envoûtement, du « mauvais œil » du dragon. Son regard s’ouvre et il perçoit l’homme dans la lumière du Père, l’homme originel, tel que voulu par Dieu. Dieu n’a pas voulu que l’homme s’arrête devant un poteau, que sa vie soit limitée par sa nature inférieure. Il a mis dans l’homme une nature divine et une nature mortelle, afin que l’homme connaisse la liberté et cultive l’intelligence et l’autonomie. En s’associant avec sa nature divine, il peut triompher de sa nature inférieure ; par contre s’il abdique le Divin, il se retrouvera immanquablement devant un poteau. Sa destinée sera de se cogner la tête à ce poteau jusqu’à ce qu’il s’éveille.

Peut-être parviendra-t-il à le défoncer à force de cogner dessus, alors un autre poteau se dressera devant lui jusqu’à ce qu’il comprenne qu’il doit tout simplement tourner la tête pour regarder l’immensité, l’éternité, pour s’ouvrir à toutes les possibilités qui sont en lui et autour de lui, pour rencontrer son Maître, son guide, son ami, l’homme plus grand, l’homme dans la sagesse qui lui montre le chemin de la vie belle et libre. Le dragon cherche à emprisonner l’homme dans les limites de sa nature mortelle.

L’Archange Michael cherche à éveiller le Feu et la Lumière divine dans l’homme. Celui qui s’associe avec l’Archange acquiert la capacité de percevoir en chaque expérience qu’il fait ou qu’un autre fait la présence du Feu. Est-ce un feu de colère, un feu d’illusion, ou un feu pur, une flamme de vie et de Dieu ? Ensuite, à travers ce feu, il fait apparaître la lumière, la sagesse, la connaissance sacrée. Alors chaque expérience peut devenir une source de sagesse qui ouvre le regard. Même l’expérience d’un autre devient une nourriture pour la lumière intérieure en soi. C’est un enrichissement permanent de la Lumière divine en soi. Alors que le dragon engendre la poussière intérieure qui retourne à la poussière, l’homme se frappe la tête contre le poteau et ne comprend rien, car aucune lumière ne l’illumine. Il ne gagne rien à par la douleur et l’échec. C’est une vie de désespoir. Il a besoin d’une réaction brutale pour qu’il vienne à s’éveiller. Même si un Etre de Lumière vient le voir pour l’aider, il dira que c’est un ennemi.

L’homme uni à l’Archange est celui qui voit les choses avec l’œil de la Lumière et qui sait extraire de chaque événement une sagesse divine.

L’Archange Michael est l’aigle au regard perçant qui voit l’ennemi ou l’ami de loin car tous ses centres sont éveillés dans la subtilité et son regard est ouvert à 360°.

L’Archange Michael est un feu de purification, un feu d’amour qui est capable d’agir sans frontière. C’est un feu dénué de peur, qui ne calcule pas, mais qui réalise sans aucune retenue ce qui est juste, vrai, beau et noble. Il ne s’approche pas des hommes qui ont peur de perdre, qui ont peur des conséquences de leurs choix. Il dit que le dragon est celui qui anime la pensée dans l’homme, faisant naître en lui la peur et l’espoir d’obtenir une clémence et un réconfort dans le monde physique ou même dans les mondes subtils illusoires. Ainsi l’homme se laisse entièrement gagner par son emprise et l’Archange ne peut plus s’approcher. En effet, il existe une infinité de mondes, et ce n’est pas parce qu’un monde est « subtil » qu’il est vrai. De nombreux mondes font naître des fausses conceptions de Dieu, des Anges et des Archanges, et de la vie en général.. Pour sortir de l’emprise de ce monde d’illusion, il faut s’élever au-dessus de la hauteur de l’homme. C’est le rôle des Maîtres et de leur Ecole.

L’Archange Michael est celui qui est aussi grand que la montagne de Dieu. Il se tient au sommet de cette montagne et son royaume s’élève dans l’immensité au-dessus de l’horizon, mais il inclut également tout ce qui est en dessous de l’horizon.

Il devient la force et la lumière dans l’homme éveillé qui accepte de se battre pour une cause divine, pour des idées éternelles, pour la victoire de la Lumière, de l’amour, de la beauté sur la Terre et dans toutes les sphères d’existence de l’humanité.
Alors l’Archange descend dans cet homme comme une colonne de Lumière-Vérité et l’homme devient à son tour une colonne dans le temple du Très-Haut, unissant le haut et le bas dans l’Alliance de Lumière.

Cette colonne, c’est le bâton de Dieu, le poteau sacré, le totem, la baguette magique qui, au lieu d’être devant l’homme pour lui barrer la route, entre en lui pour l’éveiller dans la sagesse des mondes.

shin-archange-michael

L’esprit du soleil

Lorsque le Christ a dit : « Mon royaume n’est pas de ce monde, sinon les miens auraient combattu pour moi », il faisait une allusion au rayonnement solaire de l’Archange Michael. Le Christ était l’Esprit du Soleil qui venait dans un homme pour appeler tous les hommes à s’éveiller dans la Lumière de leur Etre véritable. Mais le Christ venait dans un monde totalement possédé par le dragon, un monde où l’homme ne vivait pas avec l’Archange Michaël. Cet Archange ne peut venir qu’à travers les hommes initiés et consacrés à la lumière. Il ne peut venir et se manifester que dans l’enceinte d’une Ecole de Dieu correctement instituée.

Lorsque des hommes décident de s’unir pour œuvrer ensemble dans le service de la Lumière impersonnelle, ils commencent à s’approcher de l’Archange Michael et de son intelligence, de sa présence. Si dans cette Alliance d’hommes éveillés se tient au moins un Maître, alors l’Alliance de Lumière avec l’Archange Michael peut se réaliser. Jésus était un tel Maître, mais ses disciples n’étaient pas suffisamment forts et bien préparés pour porter en pleine conscience la présence de Dieu. La Tradition des Fils du Soleil travaille depuis des siècles pour que l’Archange puisse venir instaurer son royaume et faire régner la paix sainte. Non pas la paix des hommes, mais la paix véritable qui est la présence de Dieu en l’homme. Car la guerre a pour unique cause la présence du dragon dans l’homme et le règne de la nature inférieure, mortelle.

Seul l’Archange Michael possède la capacité de triompher de ce dragon qui alimente la vie intérieure de l’homme et qui s’est emparé des activités de son corps physique. Il s’agit là de toute une science, de tout un enseignement et ceux qui le comprennent peuvent s’en approcher en entrant dans le champ de vie de l’Ecole de Dieu en incarnation sur la Terre. Une telle Ecole est le corps de l’Archange dans le monde des hommes.

Lorsque le Christ a dit : « Mon royaume n’est pas de monde », il parlait du monde des hommes qui sont asservis par le dragon. D’abord le corps de l’homme a été créé dans l’imperfection et c’est pourquoi il est mortel. Ensuite l’esprit dans l’homme s’est identifié au corps et a vécu uniquement pour lui, c’est ainsi qu’est né le dragon dans l’homme. Le Christ ne fait pas partie de ce monde, mais il vit pourtant dans ce monde à travers le corps du Maître Jésus. Ce corps a été sanctifié par l’initiation, par la science des Esséniens. Ainsi, dans ce corps, le royaume de Dieu peut se manifester et rayonner. Ce rayonnement attire les Enfants de la Lumière qui reconnaissent intuitivement la présence de l’Ecole de Dieu. Mais en même temps, il énerve les dragons qui vivent dans les hommes et c’est pourquoi la haine grandit dans leur cœur, dans leur âme.

Le Christ peut donc venir dans ce monde et s’y manifester si les Enfants de la Lumière l’accueillent avec conscience, maîtrise et puissance. Ceux qui aspirent à rencontrer l’Archange Michael doivent être déterminés dans leur volonté à œuvrer pour la lumière. Il ne s’agit pas uniquement de trouver la perfection en soi, il faut aussi vouloir agir concrètement pour la réaliser à l’extérieur de soi, à travers une Ecole. C’est la clé. Ce n’est pas en étant seul que l’on peut y parvenir, mais c’est en s’unissant dans l’amour, la sagesse et l’être véritable éternel avec tous les êtres qui aspirent à œuvrer dans un idéal supérieur. Lorsque Michaël s’approche de l’homme, il le délivre de l’illusion et fait apparaître la vraie lumière du « Je » divin en lui et autour de lui.

L’homme s’aperçoit alors que sa vie est dans les ténèbres, dans le mensonge, dans l’inutilité divine. Il perçoit en lui la véritable étincelle de la Lumière. C’est elle qu’il doit alimenter jusqu’à ce qu’elle devienne une flamme, puis un feu et enfin une Lumière. C’est cette Lumière que l’on appelle le Christ, la Lumière qui peut rencontrer Dieu. L’autre lumière, celle qui vit dans l’homme habité par le dragon, est le faux savoir de Lucifer, la lumière trompeuse qui conduit l’homme vers la rencontre avec la mort.

S’approcher de l’Archange Michael est très difficile et c’est pourquoi l’homme doit être guidé et soutenu. C’est le rôle de l’Ecole de Dieu et de la communauté des élèves.

Celui qui s’éveille dans la conscience divine peut comprendre le sens du travail libre et commun au service d’un haut idéal. Il apprend à prendre des décisions à partir de la sphère de l’épée du Je divin en lui.

La Tradition dit que l’Archange Michael est le « chef » de tous les Anges.

L’homme qui s’approche de lui doit donc œuvrer avec les vertus et les idées éternelles que sont les Anges. Le secret pour entrer en communion avec eux, c’est d’apprendre à vibrer sur la même longueur d’onde qu’eux afin de s’assimiler à leur essence.

En concentrant sa pensée, son cœur et sa volonté sur une vertu, on peut entrer en contact avec elle et la faire venir dans l’homme. Par ce savoir l’Ecole devient un cercle d’anges et un réceptacle pur et vivant de l’intelligence du Soleil Divin. Ce Soleil est le corps de l’Etre en tous les êtres, l’Ami précieux qui porte, soutient, éclaire tous les êtres qui permettent à l’homme de devenir homme véritable.

L’homme est semblable à une pierre : seul, il ne peut construire le temple du Très-Haut. L’Archange Michael aspire à construire ce temple et c’est pourquoi il peut s’associer avec l’homme afin que la pierre devienne vivante et porteuse d’intelligence. Celui qui aspire à aider le Christ sur la Terre et à construire sa Cathédrale de Lumière dans l’humanité doit avant tout travailler sur sa propre pierre. Il doit s’associer avec ceux qui constituent sur la Terre l’Ecole de Dieu et présenter sa pierre à l’Archange Michael.

Ceux qui dans le passé ont bâti les cathédrales et les temples de pierre sont maintenant revenus pour élever la grande cathédrale humaine entre tous les êtres, les peuples, les races, les cultures, les religions… Si nous croyons au Christ, à tout ce qui est beau et divin dans la vie, nous devons trouver le moyen d’offrir notre contribution à l’élaboration du Temple de la Lumière. Déjà en s’unissant concrètement au travail d’une Ecole de Dieu, on contribue efficacement à la venue de tout ce qui est beau et pur sur la Terre.

Dans l’enseignement de la Tradition Cosmique et de l’Humanité de Lumière, il est demandé à l’élève d’apprendre à observer, et de devenir conscient de tout ce qui se passe en lui et autour de lui dans ses rapports avec la nature vivante et les autres. Il doit éveiller le sens pratique, c’est-à-dire tendre vers des relations justes et harmonieuses dans le concret, mais il doit aussi entrer dans une subtilité de plus en plus divine.

Ainsi, à la période de la célébration de l’Archange Michael, alors que l’automne approche, il peut sentir une force de dépérissement, de soleil couchant. Les feuilles jaunissent, les insectes disparaissent et l’homme entre dans une nostalgie qui évoque en son âme les grandes questions sur le sens de la vie et sur les mystères de la mort. Il peut entrer dans le feu des grandes questions, de la remise en question. C’est la période où l’ivraie est séparée du bon grain. Beaucoup d’hommes refoulent cet examen de conscience dans leur inconscient et refusent de regarder l’Archange Michael dans les yeux. Mais ce n’est pas l’homme qui est dans la crainte, c’est plutôt le dragon en lui. C’est pourquoi, celui qui a décidé d’être l’élève de l’Archange Michael doit se préparer afin d’affronter l’angoisse de l’obscurité en lui. Il doit regarder sa peur en face et chercher d’où elle vient. C’est ainsi qu’il comprendra qu’à l’image de la parole du Christ, son royaume n’est pas de ce monde, qu’il n’est pas le corps physique et que s’il s’identifie au corps, alors la peur viendra le visiter pour le réveiller et lui montrer qu’il fait fausse route.

C’est l’Archange Michael, l’Ami des hommes, qui se tient derrière l’angoisse et qui vient pour délivrer l’âme de son illusion. Il dit :

« Homme, éveille-toi ! Tu viens du pays de la Lumière, ta véritable patrie, et tu y retournes. Ne laisse pas les ombres de la nuit, les apparences éphémères et périssables ravir la belle lumière de ton âme. »

Privacy Preferences
When you visit our website, it may store information through your browser from specific services, usually in form of cookies. Here you can change your privacy preferences. Please note that blocking some types of cookies may impact your experience on our website and the services we offer.

Ebook offert !

L'évangile de l'Archange Michaël

Je souhaite rececevoir cet évangile de l'Archange Michaël